CHARGEMENT

Tapez votre recherche

Insee : une nouvelle méthode pour calculer la performance de l’économie française

Actualités Business Industrie

Insee : une nouvelle méthode pour calculer la performance de l’économie française

La Rédaction
Partager

Alors que l’Insee préparait son analyse économique régulière début mars, le directeur Jean-Luc Tavernier a décidé qu’il était temps de tenter quelque chose de plus radical.

Essayant de comprendre l’impact du coronavirus, les restrictions de mouvement et les fermetures d’écoles, il a demandé à ses collaborateurs au sein de l’agence statistiques de renoncer au rapport qu’ils devaient publier et de réinventer la façon dont ils mesurent l’économie.

Dans cette nouvelle approche, les économistes de l’Insee ont dû mettre la main sur les données des cartes de crédit qui leur permettaient de suivre le comportement des consommateurs dans un verrouillage – notamment les achats de panique – et la façon dont les différentes entreprises s’en sortaient.

“Nous nous sommes dit : nous changeons de monde et la méthode classique n’a plus de sens”, a déclaré M.Tavernier dans une interview vidéo depuis le confinement de son domicile. “À partir de ce moment, c’était quelque chose de complètement nouveau et en aucun cas les mêmes méthodes n’auraient pu suivre un tel plongeon sans précédent dans l’histoire d’un institut de statistiques.”

Une méthode reprise un peu partout

Les résultats de l’effort effréné pour recouper les informations jusque-là inexploitées avec les transactions par carte sont alarmants : 35% de l’activité de l’économie française a disparu.

Publiés le 26 mars dernier, ces nouveaux travaux ont fait grand bruit chez les économistes du secteur privé, et l’estimation de 35% a depuis été citée dans plusieurs rapports de recherche.

La Bank of America a servi de guide lors de la révision à la baisse des perspectives de la zone euro la semaine dernière, tandis que l’économiste de chez ING, Julien Manceaux, l’a décrit comme une «lumière extraordinaire dans le brouillard économique épais dans lequel nous devons avoir l’honnêteté d’ admettre que nous sommes tous immergé.”

Jean-Luc Tavernier a déclaré que sa plus grande surprise était la rapidité avec laquelle son équipe a pu réaliser l’étude et la cohérence des différents flux de données. Pourtant, il reconnaît qu’il peut y avoir des angles morts. Alors que les mesures de l’industrie sont relativement fiables et testées, les services aux entreprises sont beaucoup plus opaques, surtout avec la mise en place du travail à domicile.

”C’est l’illusion d’un scientifique de penser que la collecte de données vous donne une parfaite connaissance en temps réel de l’économie”, déclaré-t-il. ”Les choses sont beaucoup plus compliquées et nous n’allons pas jeter nos vieux outils tout de suite.”

“La vérité d’aujourd’hui n’est pas nécessairement celle de demain”, a-t-il ajouté.

Tags:

Articles en relation