CHARGEMENT

Tapez votre recherche

Les marchés s’effondrent à New-York après le test positif de Donald Trump au coronavirus

Actualités Bourse International

Les marchés s’effondrent à New-York après le test positif de Donald Trump au coronavirus

La Rédaction
Partager

L’incertitude politique et la récente croissance de l’emploi pourraient ébranler la confiance des investisseurs.

Les actions sont en baisse ce vendredi, car la première réaction de Wall Street au test positif au coronavirus du président américain Donald Trump a été de se replier.

L’indice S&P 500 a baissé de 0,6 % dans la matinée et les investisseurs ont commencé à avoir peur. Mais les mouvements n’ont pas été aussi chaotiques qu’au début de l’année, lorsque les marchés ont commencé à se débarrasser des craintes liées au coronavirus. Les actions ont également effacé leurs pertes antérieures, le S&P 500 ayant réduit de plus de moitié sa baisse de 1,7 % peu après le début des opérations.

Le Dow Jones Industrial Average a perdu 116 points, soit 0,4 %, à 27 700, à 10h07, heure de l’Est, après avoir perdu 433 points auparavant. Le composite du Nasdaq a baissé de 0,9 %.

“Dire que cela pourrait être une grosse affaire est un euphémisme”, a déclaré Rabobank dans un commentaire. “Quoi qu’il en soit, tout est maintenant relégué au second plan dans la dernière incroyable tournure de cette campagne électorale américaine”.

Selon les analystes, certains mouvements du marché pourraient s’expliquer par le fait que les investisseurs s’attendent à une victoire de Joe Biden à la Maison Blanche, le jour de l’élection étant dans un peu plus d’un mois. Cela pourrait signifier des taux d’imposition plus élevés et des réglementations plus strictes pour les entreprises, ce qui limiterait les bénéfices et nuirait aux cours des actions.

Mais les analystes ont déclaré qu’une victoire électorale démocrate pourrait également améliorer les chances d’un grand plan de sauvetage de l’économie, un plan que les investisseurs considèrent comme crucial et qui a été jusqu’à présent bloqué par la partisanerie à Washington. Cela donnerait en tous les cas un coup de fouet aux marchés.

Le dernier rapport sur la croissance de l’emploi aux États-Unis, qui fait habituellement la une des journaux chaque mois, a également stimulé les mouvements du marché vendredi. Le mois dernier, les employeurs ont créé moins d’emplois que ne l’avaient prévu les économistes, ce qui représente le troisième mois consécutif de ralentissement de l’embauche.

Les autres rapports sur l’économie étaient plus mitigés. La confiance des consommateurs a été plus forte en septembre que ce que les économistes attendaient, ce qui est essentiel car ce sont leurs dépenses qui constituent le moteur de l’économie. Les commandes de machines et d’autres biens durables se sont également renforcées plus que prévu en août, mais la croissance des commandes d’usines n’a pas été à la hauteur des prévisions.

Toute cette incertitude ne fait qu’aggraver un marché déjà chancelant. Les marchés ont connu récemment une période de turbulences et de questionnement pour les investisseurs : Qui va gagner les élections américaines et quelles en seront les conséquences pour l’économie ?

Les relations entre les deux plus grandes économies du monde, les États-Unis et la Chine, vont-elles continuer à se détériorer ? Les actions sont-elles devenues trop chères après leur hausse de 60 % qui a atteint des sommets pendant l’été ?

Ces derniers jours, la question dominante a été de savoir si Washington sera en mesure de dépasser sa partisanerie pour fournir davantage d’aide à l’économie.

Les prestations supplémentaires pour les travailleurs licenciés et les autres aides à l’économie que le Congrès a approuvées en mars ont expiré, et les investisseurs réclament une aide accrue. Les licenciements sont restés obstinément élevés dans tout le pays, et certaines parties de l’économie ont ralenti avec le départ du soutien du Congrès.

La Chambre des représentants a adopté jeudi soir un paquet de 2,2 billions de dollars démocrates, mais il a peu de chances de passer au Sénat républicain. Les discussions entre démocrates et républicains sur un compromis se poursuivent, mais le scepticisme est grand.
Le rendement du Trésor à 10 ans est passé de 0,68% à 0,69% jeudi dernier, après avoir subi une perte antérieure.

En Europe, les actions ont également réduit leurs pertes au cours de la journée. Le DAX allemand a perdu 0,7 %, et le CAC 40 français a chuté de 0,4 %. Le FTSE 100 à Londres a chuté de 0,3 %.
Les échanges en Asie ont été faibles, les marchés de Shanghai et de Hong Kong ayant fermé. L’indice Nikkei 225 a perdu 0,7 % après la reprise de la bourse de Tokyo, qui avait été interrompue toute la journée en raison d’une défaillance technique.

Tags:

Articles en relation