CHARGEMENT

Tapez votre recherche

20 milliards d’euros de baisse d’impôt pour relocaliser l’industrie

Actualités Business Industrie Politique

20 milliards d’euros de baisse d’impôt pour relocaliser l’industrie

La Rédaction
Partager
industrie

Le ministre de l’Economie Bruno le Maire a annoncé une baisse d’impôts de 20 milliards d’euros pour relocaliser l’industrie française.

La crise sanitaire du Covid-19 a mis en lumière la grande vulnérabilité de la France à plusieurs niveaux, et le secteur de l’industrie figure en première ligne. Production de masques, de gel hydroalcoolique et de principes actifs de médicaments… l’hexagone est passé au travers l’épidémie sans réelles ressources.

Pour rétablir autant que possible la situation, des annonces ont été faites en plein pic épidémique, parmi lesquelles la relocalisation de l’industrie. C’est dans cette optique que le ministre de l’Economie Bruno le Maire a fait savoir que la France allait réduire significativement les impôts de production, à hauteur de 20 milliards d’euros sur les 70 milliards que l’Etat encaisse chaque année.

Relocaliser l’industrie, une priorité pour Bercy

Une première réduction de 10 milliards d’euros sera effective dès 2021 et une seconde en 2022, année des élections présidentielles. La baisse initiale du niveau des impôts de production devait être de 15 milliards, elle sera donc plus importante. Si le détail des suppressions n’est pas encore connu, la CVAE (contribution sur la valeur ajoutée des entreprises), la C3S (contribution sociale de solidarité des société), la CFE (cotisation foncière des entreprises) et la taxe sur le foncier bâti devraient y passer.

Si pour les détracteurs de la mesure, cette baisse d’impôts va surtout pénaliser les collectivités locales qui en bénéficient majoritairement, pour le ministre il s’agit d’une priorité stratégique : “Depuis vingt ans nous avons laissé partir notre industrie, il y a eu des délocalisations massives: nous voulons relocaliser notre industrie pour être souverain sur les médicaments, sur l’automobile, sur l’aéronautique”. Le locataire de Bercy se veut des plus enthousiastes, affirmant que grâce à cette mesure “produire en France sera moins cher”.

Tags:

Articles en relation