CHARGEMENT

Tapez votre recherche

Les défaillances d’entreprises contenues pour le moment en France

Actualités Emploi Politique

Les défaillances d’entreprises contenues pour le moment en France

La Rédaction
Partager
défaillances-d-entreprises

Le nombre de défaillances d’entreprises est au plus bas depuis plus de 30 ans en France. Et ce en dépit de la crise sanitaire.

Il y a des indicateurs économiques qui surprennent dans le bon sens. Et c’est le cas avec le nombre de défaillances d’entreprises. Car tandis que l’on s’attendait à une véritable catastrophe de ce côté en période post-Covid, pour l’instant il n’en est rien. Et même bien au contraire puisque selon les derniers chiffres constatés, le nombre de défaillances d’entreprises est au plus bas depuis trente ans. Ainsi, ce sont 17 000 entreprises qui ont été contraintes de cesser définitivement leur activité au cours des six premiers mois 2020, contre plus de 25 000 une année en arrière.

Vers un niveau massif de défaillances d’entreprises dès septembre ?

Ces chiffres ont été mis en lumière par la société Altares, qui tient à modérer tout de même ce qui semble être un très bon indicateur économique.

Certes, d’un côté les mesures gouvernementales de soutien aux entreprises durant le confinement ont permis de contenir les faillites mais d’autres raisons apparaissent. Pour Thierry Millon, responsable des études chez Altares : « On a artificiellement évité 10.000 défaillances avec l’activité réduite des tribunaux pendant le confinement et, surtout, avec l’ordonnance prise par le gouvernement permettant de considérer que toute entreprise qui n’était pas en cessation de paiement au 12 mars serait considérée ne pas l’être jusqu’au 23 août. Une partie des entreprises était donc protégée ».

Aussi, le risque est que mécaniquement   « à partir du 24 août, les cessations de paiement vont se révéler. Le risque, c’est que, devant la fragilité des dossiers à la fin de l’été, les tribunaux n’aient d’autres options que prononcer purement et simplement des liquidations judiciaires directes sans solution de redressement ».