CHARGEMENT

Tapez votre recherche

Le ministre français des Finances a déclaré que le pays taxerait les géants du numérique à l’issue de la crise

Actualités Politique RSE

Le ministre français des Finances a déclaré que le pays taxerait les géants du numérique à l’issue de la crise

La Rédaction
Partager

Le ministre français des Finances a déclaré que le pays taxerait les géants du numérique au sortir de la crise du coronavirus, il concentre actuellement ses efforts au sauvetage de l’économie.

Le ministre français des Finances, Bruno Le Maire, a annoncé que la France s’apprêtait à taxer les grandes entreprises numériques cette année, qu’il y ait ou non des progrès vers un accord international sur un prélèvement.

Près de 140 pays de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) négocient la première réécriture majeure des règles fiscales depuis plus d’une génération, pour mieux tenir compte de l’essor des grandes entreprises technologiques telles qu’Amazon, Facebook, Apple et Google qui enregistrent souvent des bénéfices dans les pays à faible imposition.

En janvier, Paris a proposé de suspendre sa taxe numérique sur les revenus des entreprises technologiques en France jusqu’à la fin de l’année, à la suite de la négociation de tout accord international.

Cependant, les retombées de l’épidémie de coronavirus ont laissé les ministères des finances plus concentrés sur la sauvegarde de leurs économies, ce qui pourrait compromettre la date limite de fin d’année.

L’impôt national français a été une source de controverse avec Washington, qui considère qu’il cible injustement les entreprises numériques américaines.

Volonté européenne

L’Europe a longtemps fait pression pour que les grandes entreprises technologiques extrêmement rentables qui font des affaires sur Internet paient des taxes là où elles vendent leurs services, plutôt que dans des paradis fiscaux délibérément choisis dans le cadre de ce qu’on appelle de «l’optimisation fiscale agressive».

Les politiciens de l’UE, à la recherche de fonds pour prévenir le changement climatique et réduire les différences de richesse à travers le bloc des 27 pays, veulent voir une entreprise comme Google, avec un revenu mondial annuel de plus de 160 milliards de dollars, payer plus d’impôts dans les pays européens où elle gagne de l’argent.

L’urgence d’une solution est accrue par la pandémie de COVID-19, qui a déclenché des blocages dans le monde entier et un passage au travail à domicile. Cela devrait augmenter les revenus des géants de l’internet, mais rend également les gouvernements de l’UE encore plus besoin de liquidités pour redémarrer leurs économies.

Tags:

Articles en relation