De nombreuses grandes entreprises françaises ignorent leurs objectifs en matière d’égalité homme-femme

Le ministre du Travail, Muriel Pénicaud, estime qu’il y a un « choc culturel » à propos de la nouvelle loi sur le statut des femmes.

Un nouvel indice de performance

Selon Muriel Pénicaud, ministre du Travail, plus d’une centaine des plus grandes entreprises françaises n’ont pas atteint les objectifs officiels d’égalité entre hommes et femmes sur leur lieu de travail et risquent une amende si elles n’améliorent pas leurs performances.

« Cela montre que la prise de conscience et la transparence ne sont pas si faciles. C’est un choc culturel », a-t-elle déclaré au Financial Times dans une interview après que les entreprises aient publié les premiers résultats d’une campagne en faveur de l’égalité fondée sur une loi présentée par le gouvernement du président Emmanuel Macron l’année dernière.

Mme Pénicaud, ancienne directrice des ressources humaines du groupe alimentaire Danone, s’est toutefois montrée optimiste quant au processus, affirmant qu’il avait généré une concurrence « positive » entre des employeurs soucieux d’améliorer leur réputation et d’attirer les meilleurs collaborateurs.

« Ceux qui ont le mieux réussi ont immédiatement compris qu’il s’agissait d’un avantage concurrentiel », a-t-elle déclaré avant de se rendre à New York et à Washington pour rencontrer des groupes d’investissement et des institutions financières. « Je suis assez confiante dans le fait de pouvoir réaliser des progrès rapides et visibles. »

Les entreprises de plus de 1 000 salariés en France, y compris les filiales de groupes étrangers, étaient censées annoncer leur performance en matière d’égalité selon un nouvel indice au plus tard le 1er mars. La moitié des 1 460 entreprises concernées ne l’ont pas encore fait.

Un cinquième de celles qui se sont manifestées se situaient dans la zone « alerte rouge » avec des scores inférieurs à 75 sur 100 et pouvaient se voir imposer une amende pouvant aller jusqu’à 1% de leur masse salariale s’ils ne s’amélioraient pas dans les trois ans.

Le score moyen des entreprises ayant publié un rapport est de 80, Michelin, avec 94, fait partie de celles qui se sont publiquement vantées de leurs performances. Valeo, le fabricant de pièces automobiles, a obtenu un score de 83 et a déclaré qu’il étendrait le système d’indexation à ses plus grandes opérations à l’étranger ainsi qu’à celles en France. Thales Services a obtenu un score de 70.

0