L’État néerlandais augmente sa participation dans Air France-KLM

Le gouvernement néerlandais a porté la participation de l’État dans la compagnie aérienne Air France-KLM à 14%, comme prévu, conformément à l’accord d’actionnariat conclu avec Paris, a confirmé le ministère des Finances des Pays-Bas.

La valeur du titre de la holding avait chuté de près de 12% juste après l’annonce faite par le ministre néerlandais des Finances, Wopke Hoekstra, ce mardi 26 février. Selon lui, les Pays-Bas ont décidé d’exercer plus d’influence sur la société en augmentant leur participation qui était initialement de 12,7% (achetée 680 millions d’euros).

L’objectif, a déclaré Hoekstra, est de mieux garantir les intérêts publics néerlandais. “La position de Schiphol et de KLM revêt une grande importance pour l’économie néerlandaise et l’emploi”, a-t-il déclaré. “Cela implique des milliers d’emplois directs et indirects.”

La décision des Pays-Bas, tenue secrète tant par le conseil d’administration de la compagnie que par le gouvernement français, a irrité la France.

Incompréhensible

Quinze années après la création du groupe, de nouvelles questions se posent autour de la raison pour laquelle les Pays-Bas ont pris le pas. La Financieele Dagblad a qualifié cette initiative d'”incompréhensible” et a déclaré que cela témoignait d’un manque de confiance envers les autorités françaises.

“Les Français considèrent l’intervention de Hoekstra comme un hold-up”, a déclaré le journal. Il existe un risque réel que l’implication des Néerlandais politise davantage la société et influence négativement sa capacité à faire des affaires, a indiqué le journal.

0