General Electric doit payer une pénalité de 50 millions d’euros à cause d’un objectif manqué en matière d’emploi

General Electric va débourser 50 millions d’euros pour ne pas avoir atteint son objectif de création d’emplois fixé lors de la reprise des activités énergétiques du groupe français Alstom, a annoncé ce mardi 5 février le ministère français des Finances.

Faible demande sur le marché des turbines à gaz

Le conglomérat américain doit verser l’argent dans un fonds de réindustrialisation réunissant des représentants de l’entreprise, les autorités locales où il est implanté et le gouvernement.

Lors de l’acquisition de l’activité énergie d’Alstom en 2015, GE s’était engagé à maintenir des emplois pendant au moins trois ans en France et à créer 1 000 nouveaux emplois nets d’ici fin 2018.

GE n’a créé que 25 nouveaux emplois nets à cause de la faible demande en turbines à gaz, a annoncé le ministère des Finances.

En septembre 2015, la Commission européenne avait ainsi donné son feu vert pour le rachat par General Electric de la branche énergie d’Alstom pour 12,4 milliards d’euros.

L’accord prévoyait également la vente par General Electric de certains actifs d’Alstom à l’italien Ansaldo Energia.

0