CHARGEMENT

Tapez votre recherche

L’épargne en France pourrait atteindre 100 milliards d’euros

Actualités Business Conso

L’épargne en France pourrait atteindre 100 milliards d’euros

La Rédaction
Partager
épargne

L’épargne constituée durant le premier confinement cumulée à celle en cours pourrait atteindre 100 milliards d’euros selon la Banque de France.

Contraints de reporter ou d’annuler une bonne partie de leurs dépenses non-essentielles durant le premier confinement, les Français ont fait gonfler leur épargne. Le Conseil d’analyse économique, rattaché au cabinet du Premier ministre, a analysé les comptes bancaires de plus de 300 000 ménages.

Il en ressort que l’épargne des Français a littéralement explosé entre mars et fin août 2020, pour un montant oscillant entre 50 milliards d’euros selon le CAE voire même plus de 85 milliards d’euros selon la Banque de France.

Mais il existe bien entendu de grandes disparités entre Français. Ce sont les classes socio-économiques les plus aiséEs qui ont pu épargner le plus. Ainsi, selon le CAE “le surcroît d’épargne des deux déciles les plus aisés s’élève à 32 milliards d’euros. près de 70% du surcroît de l’épargne ont donc été faits par 20% des ménages”.

Par ailleurs, Le CAE explique dans sa note que “Le surcroît d’épargne s’est matérialisé surtout par une augmentation des soldes des comptes courants et des comptes d’épargne et par une diminution de la dette, très peu par une augmentation des comptes titres, tandis que l’assurancevie est en net recul”.

Si les plus aisés ont peut épargner, à l’inverse, les ménages les plus modestes ont été contraints au mieux de diminuer leur épargne voire même dans de nombreux de cas de l’utiliser. Et dans bien des cas, ces foyers aux revenus modestes se sont même retrouvés dans l’obligation de devoir s’endetter pour faire face aux dépenses courantes : alimentation, loyer, factures d’énergie… Un phénomène qui se poursuit encore actuellement puisque l’étude du CAE démontre que les plus modestes ont tendance à utiliser immédiatement d’éventuels revenus supplémentaires pour régler leurs dépenses courantes tandis que les plus aisés continuent encore d’épargner.

Tags:

Articles en relation