CHARGEMENT

Tapez votre recherche

Particuliers : un nouveau coup de pouce pour équiper les parkings de bornes électriques

Actualités Conso Industrie

Particuliers : un nouveau coup de pouce pour équiper les parkings de bornes électriques

La Rédaction
Partager
parkings coupe de pouce bornes

L’année 2020 marque un tournant pour le renforcement du réseau de charge électrique. Le Gouvernement, qui a organisé la signature de la charte “Objectif 100 000 bornes” prévoit aussi une nouvelle aide pour l’installation de bornes électriques sur les parkings privés. Cette mesure, tout comme le maintien de la prime de conversion et du bonus écologique, constitue un argument supplémentaire en faveur de la mobilité électrique, qui séduit désormais près d’un Français sur trois.

Après une année noire pour l’économie mondiale – géants d’internet exclus –, 2021 s’annonce plus verte que jamais pour la société française. Le 7 octobre dernier, Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance, a présenté au conseil des ministres son projet de loi de finances pour l’année à venir. Et, conformément au plan de relance verte initié par Matignon, la mobilité électrique bénéficiera encore d’un soutien important de la part de l’État. Pour continuer à décarboner le secteur des transports, principal émetteur de CO2 en France, Bercy a proposé de reconduire le généreux dispositif d’aides à l’acquisition de véhicules électriques en 2021 et 2022. Les primes à la conversion et à la casse resteront ainsi stables, allant jusqu’à 5 000 euros pour l’échange d’un modèle thermique ancien (essence, diesel ou GPL) contre un électrique, à l’achat ou en location longue durée. Pour aller plus loin et cibler les aides vers des véhicules toujours moins émetteurs, les véhicules classés Crit’Air 2 ne seront plus éligibles à cette prime à partir du 1er janvier 2021. Quant au bonus écologique, il sera également prolongé en 2021 et passera de 7 000 à 6 000 euros puis à 5 000 euros en 2022 pour tenir des comptes des gains de compétitivité des véhicules électriques et hybrides rechargeables.

Et pour encourager encore davantage le passage à l’électrique des ménages français, le gouvernement entend bien atteindre son objectif de 100 000 points de charge ouverts au public dès la fin 2021. Les acteurs de l’énergie (Total, la filiale d’EDF Izivia , Engie, Enedis), de la grande distribution (E.Leclerc, LIDL, Système U), les gestionnaires d’autoroutes et des collectivités locales ont à ce titre renouvelé leur engagement pour atteindre cet objectif en signant la charte « Objectif 100 000 bornes ». Si le déploiement des bornes publiques accélère, le Gouvernement veut aussi soutenir le développement des bornes domestiques en accordant un nouveau coup de pouce pour l’équipement de bornes de recharge sur les parkings privés. Son montant, limité à 300 euros, doit permettre de prendre en charge 75 % des frais d’achat et d’installation jusqu’à fin 2023 pour les propriétaires comme les locataires du logement. Il pourra même être doublé pour l’acquisition de deux bornes dans un foyer soumis à une imposition commune.

Plus d’un Français sur trois envisage de passer à l’électrique

En cours d’examen au Parlement, le projet de loi de finances 2021 est donc porteur de bonnes nouvelles pour le développement de la mobilité électrique dans le pays. En complément des aides significatives pour l’acquisition d’un véhicule électrique, le nouveau coup de pouce pour l’installation de bornes électriques démontre la volonté de l’État d’électrifier le parc automobile français en soutenant l’usager dans ses différentes étapes. Il faut dire que le contexte joue fortement en faveur de l’électromobilité, notamment via la prise de conscience collective de l’urgence climatique et l’abandon programmé des moteurs thermiques dans plusieurs pays européens, dont la France. Surtout, la stratégie gouvernementale fait écho à un engouement en pleine explosion des citoyens pour la voiture électrique. Alors que près de trois Français sur quatre se disent préoccupés par l’avenir de la planète, plus d’un sur deux prendrait déjà en compte l’impact environnemental d’une voiture dans sa décision d’achat, et plus d’un sur trois envisagerait de passer à l’électrique dans un avenir proche, selon le dernier baromètre EVBOX réalisé par IPSOS. L’aide à l’achat et à l’installation de bornes sur les parkings privés s’accorde également avec les usages actuels, près de 90 % des recharges s’effectuant à domicile, selon Avere-France (association nationale pour le développement de la mobilité électrique). Si 58 % des recharges domestiques s’opèrent sur une prise électrique classique, le recours à une borne permet toutefois de gagner significativement en temps et en efficacité. D’après une enquête d’Enedis, l’usage du véhicule électrique s’intègre naturellement dans la vie du foyer, 87 % des usagers n’ayant pas augmenté leur abonnement électrique.

100 000 bornes : la France en passe de relever le défi

Pour bon nombre d’observateurs, la France est sur les bons rails. Si l’objectif des 100 000 bornes peut paraître ambitieux, c’est probablement à cause de l’image de retardataire qui reste collée à la France. L’Hexagone fait pourtant partie des meilleurs élèves européens en matière d’équipement en bornes électriques publiques. Avec plus de 30 000 points de recharge, soit un pour neuf véhicules électriques en circulation, le réseau français pointe en troisième position derrière le leader norvégien et le dauphin allemand. Ce ratio excède déjà les recommandations de l’Union européenne, fixées à un sur dix. Entre fin juin et début septembre, le nombre de bornes de recharge publiques a augmenté de près de 7 %, passant de 29 854 à 31 840 unités. Pour atteindre le cap des 100 000 dans un peu plus d’un an, le gouvernement devra donc accélérer encore le rythme. Mais le délai n’est pas hors de portée, selon Alexandre Borgoltz, directeur général du fabricant de bornes françaises DBT. « Ce sont des projets d’infrastructures qui se décident et se déploient sur plusieurs mois, rappelle-t-il. […] On peut prévoir une forte accélération des installations début 2021, le temps que les programmes [locaux] se mettent en place. » « La France dispose d’un très bon réseau électrique, ce qui est un atout important pour atteindre les 100 000 bornes, souligne un autre spécialiste basé à Douai. La contrainte est plus dans la planification que technique. »

 

Tags: