CHARGEMENT

Tapez votre recherche

XL Airways s’en remet en vain à la BPI pour éviter la faillite

Business

XL Airways s’en remet en vain à la BPI pour éviter la faillite

La Rédaction
Partager
XL-airways-bpi-liquidiation

XL Airways, au bord de la faillite, en a appelé officiellement à la BPI pour l’aider à éviter coûte que coûte la faillite. En vain.

Le pdg de la compagnie XL Airways Laurent Magnin se démène depuis plusieurs semaines à présent pour tenter de sauver l’entreprise de la faillite. Après avoir sollicité une nouvelle fois Air France et avoir brandi la menace d’une poursuite en justice, le patron de la compagnie en a appelé désormais aux pouvoirs publics. Car l’homme a demandé au directeur général de la BPI – Banque Publique d’Investissement – à ce que des fonds nécessaires à la sauvegarde de l’entreprise soit débloqués.

Avec cette demande, le pdg de la comagnie a semblé abattre sa dernière carte pour sauver l’entreprise est les 570 salariés qui la font tourner. Le directeur général de la BPI – Nicolas Dufourq – s’est quant à lui montré des plus étonnés de ne pas avoir été contacté plus tôt par Laurent Magnin qui a justifié cette démarche tardive par le fait que “la non-sollicitation directe vient du fait que XL Airways était accompagnée par les services compétents du Ministère des Finances (CIRI) et que via l’autorité de tutelle de la BPI, la compagnie a, à d’innombrables reprises, sollicité l’intervention de la banque pour accompagner XL Airways”.

XL Airways en liquidation judiciaire

Malgré les dernières tentatives de sauvegarde, la compagnie aérienne a été placée en liquidation judiciaire, faute d’une offre de reprise globale et satisfaisante. Les salariés vont de fait être licenciés. Après Aigle Azur, c’est donc au tour de XL Airways de fermer pour de bon. Le fait est que l’entreprise n’a pas pu être sauvée puisque les règles de redressement et de liquidation judiciaire exigent de reprendre la totalité des employés de la compagnie. Chose que Air France n’était pas enclin à faire. La compagnie avait besoin de 35 millions d’euros pour se sauver mais aucune offre de reprise globale n’a été faite.

Tags: