CHARGEMENT

Tapez votre recherche

La nouvelle loi française de transition énergétique remet les les décisions difficiles sur le climat à plus tard

Politique

La nouvelle loi française de transition énergétique remet les les décisions difficiles sur le climat à plus tard

La Rédaction
Partager

La France s’est fixé des objectifs ambitieux en matière de réduction des émissions de carbone d’ici 2050, mais peu de mesures entreront en vigueur sous la gouverne du président Emmanuel Macron.

De nombreux objectifs ajournés

Le projet de nouvelle “Loi sur la Transition énergétique”, présenté ce mardi 30 avril, prévoit de réduire les émissions de carbone d’un facteur supérieur à six d’ici 2050 par rapport à 1990.

Quelques mois après son arrivée au pouvoir en 2017, Emmanuel Macron avait abandonné la disposition clé de la loi sur la transition énergétique de son prédécesseur François Hollande – malgré son engagement à la respecter – de réduire la part de l’énergie nucléaire dans la production d’électricité française à 50% d’ici 2025, contre 75% actuellement.

La nouvelle loi retardera l’objectif nucléaire de 50% jusqu’en 2035, transférera les objectifs énergétiques de l’Union européenne «Paquet d’hiver» 2018 dans le droit français et formera également le cadre d’une stratégie énergétique détaillée «EPI» 2019-2028.

Cependant, elle ne contient aucune mesure décisive pour réduire les émissions de CO2 et remplace la promesse électorale de fermer les centrales au charbon avec un plafond d’émissions de CO2 qui n’entrerait pas en vigueur avant janvier 2022, juste avant la fin du mandat présidentiel.

«Ce gouvernement prend systématiquement des engagements vagues et à très long terme, mais aucune politique concrète à court terme ne sera mise en œuvre pendant le mandat de ce président», a déclaré Alix Mazounie, responsable de la campagne énergétique chez Greenpeace.

Emmanuel Macron a rompu sa promesse de fermer les centrales au charbon d’ici 2022, a-t-elle déclaré, ajoutant que, dans le nouveau système, leur durée de vie pourrait être prolongée de façon illimitée.

Un haut responsable du ministère de l’Environnement a nié tout retour en arrière sur les promesses faites par le président sur l’environnement, mais a reconnu qu’aucune nouvelle mesure majeure ne serait mise en œuvre durant le mandat d’Emmanuel Macron.

Tags:

Articles en relation