CHARGEMENT

Tapez votre recherche

La France inaugure son Conseil nationale de l’hydrogène

Actualités Industrie Management

La France inaugure son Conseil nationale de l’hydrogène

La Rédaction
Partager

Le Conseil national de l’hydrogène français a présenté aux principaux ministres les premiers plans pour une capacité d’électrolyse à grande échelle de 3,2 GW, a déclaré le Conseil le 25 février.

Les projets, qui nécessitent un investissement de quelque 8 milliards d’euros, pourraient commencer à bénéficier d’ici la fin de l’année 2021 d’un financement dans le cadre du programme européen IPCEI (Projets importants d’intérêt européen commun), a-t-il déclaré.

La déclaration ne mentionne pas de propositions spécifiques.

Air Liquide et Siemens Energy ont annoncé une demande de financement pour un électrolyseur de 200 MW dans l’usine chimique de Port Jérôme-sur-Seine.

Le conseil nommé par le gouvernement, qui comprend des PDG d’EDF, d’Engie et d’autres parties prenantes, a rencontré la ministre de l’énergie, Barbara Pompili, et le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, notant que la forte dynamique de l’hydrogène devrait se poursuivre dans les prochains mois.

Benoît Potier, PDG d’Air Liquide, a présenté le récent rapport du Conseil de l’hydrogène sur les développements mondiaux.

Parmi les autres mesures prises par le gouvernement français et présentées dans le communiqué, citons un plan d’investissement de 300 millions d’euros pour 14 trains à hydrogène dans quatre régions, et un plan d’investissement de 136 millions d’euros pour sept projets d’électrolyse liés au secteur des transports.

Par ailleurs, SAFRA a obtenu un soutien pour la modernisation et la production de 140 bus Businova à hydrogène par an.

La stratégie française pour l’hydrogène approuvée en septembre dernier a fixé un objectif de 6,5 GW de capacité d’électrolyse pour 2030, soutenu par un financement de 7 milliards d’euros.

Le gouvernement a approuvé un règlement provisoire sur l’hydrogène le 17 février, qui fournit une terminologie claire pour les différents types d’hydrogène.

Outre l’hydrogène renouvelable ou vert, la France dispose d’une classification pour l’hydrogène à faible teneur en carbone provenant de l’électricité du réseau français à forte intensité nucléaire.

La France utilise actuellement quelque 900 000 tonnes d’hydrogène, principalement dans les raffineries et le secteur chimique, et émet environ 9 millions de tonnes de CO2/an.

La stratégie prévoit d’économiser quelque 6 millions de tonnes de CO2/an d’ici 2030, soit l’équivalent des émissions annuelles de la ville de Paris.

S&P Global Platts a évalué le prix de l’hydrogène vert (Pays-Bas, électrolyse alcaline avec investissements) à 3,24 euros/kg le 24 février, contre 1,53 euros/kg pour l’hydrogène conventionnel (ERM sans CSC, y compris carbone et investissements).

Tags: