CHARGEMENT

Tapez votre recherche

L’économie française a bondi au troisième trimestre 2020

Actualités

L’économie française a bondi au troisième trimestre 2020

La Rédaction
Partager
économie française

Selon la Banque de France, l’économie française a fait un bon impressionnant durant l’été dernier.

Avec un rebond des plus impressionnants de 16% du PIB au cours du troisième trimestre 2020, l’économie française a déjoué tous les pronostics. Alors qu’on s’attendait à un été amorphe côté résultats économiques, du fait entre autres d’un tourisme international moribond, il n’en a finalement pas été le cas. De très fortes disparités sont toutefois à l’œuvre selon les secteurs mais toujours est-il que les chiffres sont pour le moins bons voire impressionnants.

Ce troisième trimestre s’inscrit ainsi dans la lignée du trimestre précédent, qui affichait un rebond du PIB de l’ordre de 13,8%. Dans le même temps, Bercy tablait sur un recul de 18% voire 20% du PIB sur toute l’année, mais l’Insee table plutôt sur une baisse de 5% en septembre.

Des disparités dans l’économie française

Dans l’industrie et le bâtiment, l’activité est stable selon une enquête menée auprès des chefs d’entreprise. Même si le niveau d’avant crise n’est toujours pas retrouvé, l’hémorragie semble pour l’heure contenue. Et le mois d’octobre devrait s’inscrire dans la même lignée.

Le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau explique que “Globalement, ce qu’on voit c’est un palier. L’activité économique avait plongé de 32% avec ce même baromètre qui s’est avéré très fiable fin mars. C’est comme si on avait descendu 32 marches, on en a remonté 27 jusqu’à fin août et plutôt plus vite que prévu. Là, l’économie française se situe sur un palier, puisque fin septembre est au même niveau que fin août”.

Par ailleurs, l’homme note qu’environ 90% de l’économie française est assez proche de son état d’avant-covid pour un niveau d’activité supérieur ou égal à 90%. Mais “à l’inverse, il y a un peu plus de 10% de l’économie qui continue à souffrir et peut être davantage touché par ces restrictions. Quatre secteurs sont concernés: les arts, spectacles et activités récréatives, la fabrication de matériel de transports (aéronautique et automobile), l’hébergement et restauration, et les transports de personnes. Ce sont ces secteurs-là qu’il faut aider en priorité. Les autres secteurs relèvent plus des dispositions générales du plan de relance, dont le soutien à l’investissement et à la transition écologique.”

Tags:

Articles en relation