CHARGEMENT

Tapez votre recherche

L’écotaxe menace de détruire des emplois sans pour autant décarboner l’aviation

Actualités Industrie

L’écotaxe menace de détruire des emplois sans pour autant décarboner l’aviation

La Rédaction
Partager

Les revenus des compagnies aériennes ont baissé d’environ 13 milliards d’euros, mettant en péril environ 466 000 emplois, selon une analyse de l’IATA.

Les nouvelles taxes environnementales proposées en France ne parviendront pas à décarboner le secteur de l’aviation et à supprimer 150 000 emplois dans l’aviation française, a déclaré ce vendredi l’Association du transport aérien international (IATA).

La Convention Citoyenne pour le Climat (CCC) – un rassemblement de citoyens créé sous la présidence d’Emmanuel Macron – a proposé une série de mesures pour réduire les émissions dans le secteur de l’aviation, dont une écotaxe sur les billets émis en France, pour lever 4,2 milliards d’euros par an. La France impose déjà certaines des taxes aériennes les plus lourdes d’Europe.

L’autorité de l’aviation civile française estime que si elle est mise en œuvre, la proposition de la CCC entraînera 150 000 suppressions d’emplois et coûtera à l’économie française 5 à 6 milliards d’euros de perte de PIB.

Compte tenu de ces coûts économiques, les mesures réduiraient les émissions de 3,5 millions de tonnes par an, soit moins de 1% des émissions totales de la France.

“Cette proposition ne peut être prise au sérieux. Ce n’est pas le moment d’ajouter 6 milliards d’euros et 150.000 emplois perdus à l’orage de destruction économique qui s’abat sur le secteur aéronautique français à cause du COVID-19”, a déclaré le directeur général et PDG de l’IATA, Alexandre de Juniac.

“Cette taxe éliminera quasiment 160 000 emplois que le gouvernement tente de créer avec 100 milliards d’euros dans son plan de relance économique. En cette période de crise, nous avons besoin de politiques cohérentes qui permettront de sauver des emplois et non de politiques qui les détruiront”, a-t-il déclaré.

L’industrie aéronautique a des engagements mondiaux de décarbonation. À partir de 2021, le secteur s’est engagé à une croissance neutre en carbone et les compagnies aériennes du monde entier s’efforcent de réduire l’empreinte carbone nette du secteur à la moitié des niveaux de 2005 d’ici 2050.

En outre, les compagnies aériennes sont soumises au système européen d’échange de droits d’émission pour les opérations intra-européennes.

En temps normal, l’industrie aéronautique française soutient environ 1,1 million d’emplois et contribue pour plus de 100 milliards d’euros, soit environ 4,3% du PIB national. L’apparition du COVID-19 a vu le nombre de passagers en France chuter de 80% depuis mars.

Les revenus des compagnies aériennes ont baissé d’environ 13 milliards d’euros, mettant en péril environ 466 000 emplois, selon une analyse de l’IATA. La France perdra cette année sa place de neuvième marché mondial du voyage.

Tags:

Articles en relation