CHARGEMENT

Tapez votre recherche

L’économie française se contracte à un rythme effréné

Actualités Bourse Business

L’économie française se contracte à un rythme effréné

La Rédaction
Partager

L’économie française s’est moins contractée que prévu au premier trimestre, mais elle a plongé profondément dans la récession et le pire reste à venir, ont révélé vendredi les données officielles.

La deuxième plus grande économie de la zone euro a reculé de 5,3% au cours des trois premiers mois de l’année par rapport au trimestre précédent, a indiqué l’agence officielle des statistiques de l’Insee, révisant son estimation initiale d’une baisse de 5,8%.

Il s’agit de la plus grave récession trimestrielle de France depuis 1968, lorsque le pays a été saisi par des troubles d’ordre civil, des manifestations de masse des étudiants et des grèves générales.

L’économie a déjà reculé de 0,1% au quatrième trimestre face à une série de grèves contre la réforme des retraites, ce qui signifie que la France est techniquement entrée dans une récession, définie comme deux trimestres consécutifs de contraction.

Le gouvernement a placé la France dans l’un des confinements les plus stricts en Europe à partir de la mi-mars, fermant de vastes pans de l’économie jusqu’à ce que les restrictions commencent à être levées le 11 mai.

Bien que l’activité économique reprenne progressivement son essor, l’Insee a estimé en début de semaine que l’économie pourrait se contracter de 20% au deuxième trimestre.

“Alors que les données de haute fréquence et d’enquêtes suggèrent que l’activité a repris à mesure que le verrouillage s’est atténué en mai, le rebond semble graduel, et nous ne voyons qu’un retour en 2022 aux niveaux de production d’avant Covid-19”, a déclaré l’économiste de Morgan Stanley Jacob Nell dans un communiqué.

Le confinement a déprimé les dépenses des ménages, moteur traditionnel de la croissance dans le pays, et la crise ne s’est accélérée qu’au début du deuxième trimestre. L’INSEE a déclaré vendredi que les dépenses de consommation avaient plongé un record de 20,2% en avril par rapport à mars, alors qu’elles avaient déjà chuté de 16,9%.

Les consommateurs n’étant pas en mesure de dépenser de l’argent dans la plupart des magasins, cafés et autres points de vente pendant le verrouillage, l’Insee a déclaré que le taux d’épargne des ménages avait bondi au premier trimestre à 19,6%, un niveau jamais vu depuis la fin des années 1970.

Parallèlement, les marges bénéficiaires des entreprises se sont effondrées, tombant à 29,4%, le niveau le plus bas depuis 2013.

Tags:

Articles en relation