CHARGEMENT

Tapez votre recherche

Le gouvernement pourrait taxer ou réquisitionner les logements vacants

Actualités Business Politique

Le gouvernement pourrait taxer ou réquisitionner les logements vacants

La Rédaction
Partager
logements-vacants-france

Le ministre de la Ville et du Logement envisage de taxer les logements vacants afin d’inciter les propriétaires à les louer. Les réquisitionner n’est pas exclu.

En pleine campagne des municipales, le ministre de la Ville et du Logement entend créer la surprise avec le lancement d’un plan national en faveur du logement. Et pour le coup, l’opération comm’ est réussie puisqu’elle suscite déjà de vives réactions. L’idée de Julien Denormandie est aussi simple que brutale : taxer les logements laissés vacants pour contraindre leurs propriétaires à les louer au plus vite.

Derrière cette idée se trouve une réalité, à savoir celle de la crise du logement dans les villes de France où pourtant 3 millions de logements sont laissés inoccupés. Sur ces 3 millions, plus de 200 000 sont inhabités depuis au moins deux ans. Il y a donc un véritable vivier de logements à remettre sur le marché, et le ministre compte bien accompagner le processus. Car à l’heure actuelle, le taux de vacance locative s’élève à 8% du parc total de logements destinés à la location.

Aider les propriétaires, taxer voire réquisitionner les logements

L’idée est dans un premier temps d’aider les propriétaires qui éprouvent pour la plupart d’entre eux des difficultés financières pour rénover leur bien. Les municipalités seront ainsi mises à contribution pour les orienter vers les primes et les aides publiques auxquelles ils ont droit.

Mais si cela ne suffit pas, le ministre brandit la double menace de la taxe et de la réquisition. Une hausse de la taxe d’habitation pourrait être instaurée pour ces logements et il n’est pas exclu que certains locaux soit réquisitionnés, le ministre expliquant “Je pense en particulier à ces immeubles de bureaux ou de logements souvent détenus par des banques ou des assureurs. J’appelle ces propriétaires institutionnels à mettre à disposition leurs espaces vacants pour éviter que des gens dorment dans la rue ou à transformer leurs bureaux en logements”.

Tags:

Articles en relation