CHARGEMENT

Tapez votre recherche

Ouverture du rail à la concurrence : les entreprises déjà en lice

Actualités Business International

Ouverture du rail à la concurrence : les entreprises déjà en lice

La Rédaction
Partager
entreprises-rail-France

Dès le 3 décembre, les régions françaises pourront lancer des appels d’offres pour choisir un opérateur en charge d’exploiter tout ou partie de leur réseau TER. Plusieurs entreprises sont prêtes à prendre la place de la SNCF.

L’ouverture du rail à la concurrence va très bientôt prendre forme car à compter du 3 décembre, les régions de France vont pouvoir lancer la procédure d’appel d’offres pour remplacer ou non la SNCF. Il s’agit d’une possibilité et non d’une obligation puisque les régions pourront faire le choix de conserver la gestion de leur réseau TER à la SNCF mais uniquement jusqu’à la fin de l’année 2033.

Il y a pour autant fort à parier que plusieurs régions remettent en jeu le monopole de l’opérateur historique, car les candidats potentiels sont nombreux et leur offre sera très probablement attractive.

Ainsi pour l’heure, plus d’une demi-douzaine d’entreprises, françaises comme étrangères, vont entrer dans la course, à commencer par Transdev, un groupe de transport dont l’actionnariat est composé de poids-lourds tels que Véolia Transport, la Caisse des Dépôts ou encore le groupe allemand Rethmann.

Les entreprises prêtes à investir le rail français

Aussi, TrenItalia, l’opérateur transalpin pourrait bientôt arriver sur les rails français. Il est déjà  présent via sa filiale Thello dans le sud de la France pour des trajets entre Marseille, Nice et Milan.

Arriva, filiale de Deutsche Bahn a également une belle carte à jouer de par son expérience marché en Allemagne, Danemark, Pologne, Pays-Bas, Suède, Royaume-Uni et République Tchèque

Même son de cloche pour Abellio, filiale du groupe ferroviaire hollandais NS qui est déjà bien implanté au Royaume-Uni comme en Allemagne. Et d’autres acteurs européens voire mondiaux tels que FlixTrain et MTR (opérateur du métro de Hong Kong) pourraient bien souffler la première place à la SNCF.

Enfin, la RATP envisagerait de sortir de ses bases parisiennes pour se développer en région, notamment en PACA où elle vient de se positionner mais aussi dans le Grand-Est et la région des Hauts-de-France.

Tags:

Articles en relation