CHARGEMENT

Tapez votre recherche

Le Parlement débat des soins de santé accordés aux sans-papiers

Actualités Politique RSE

Le Parlement débat des soins de santé accordés aux sans-papiers

La Rédaction
Partager

Un an après que la France ait adopté un projet de loi controversé sur le droit d’asile, les législateurs français ont de nouveau débattu sur l’immigration, avec les partisans de gauche et de droite qui se sont disputés au sujet des soins de santé pour les immigrés sans papiers.

La politique de la France en matière de migration a fait l’objet d’un débat animé dans “six domaines clés”, selon les déclarations du gouvernement, qui indique l’accent a été mis sur les avantages sociaux accordés aux demandeurs d’asile.

L’objectif est de “ne pas rendre la France moins accueillante, mais pas plus attrayante non plus”, a déclaré un communiqué de presse du gouvernement.

Le débat intervient alors que les conditions pour les migrants se durcissent. L’année dernière, les législateurs ont voté une loi controversée sur l’asile accélérant le processus d’asile et facilitant l’expulsion des demandeurs rejetés.

Le mois dernier également, le président Emmanuel Macron a déclaré que “la France ne peut pas accueillir tout le monde ” et a appelé son parti centriste à renoncer à ce qu’il appelle sa position “bourgeoise” et à faire face à la réalité de l’immigration.

Faire empirer la situation

Emmanuel Macron a axé ses critiques sur les dépenses en soins de santé pour les immigrants sans papiers, trop coûteuses, selon lui.

L’année dernière, plus de 300 000 migrants sans papiers ont bénéficié du système de santé national, connu en français sous le nom d’Aide médicale d’État, pour un coût de 930 millions d’euros.

Le gouvernement ne veut pas abandonner cette politique, mais envisage de la “réévaluer”, une déclaration qui a mis en branle les groupes de défense des droits.

“L’accès à des soins gratuits est l’un des derniers droits disponibles pour les migrants sans papiers”, a ainsi déclaré François Guennoc, vice-président de l’ONG l’Auberge des Migrants, qui aide les migrants bloqués à Calais.

Le débat de cette semaine, qui a eu lieu de lundi jusqu’à mercredi, n’est pas censé s’achever par un vote, mais les critiques craignent que cela soit la direction souhaite prendre le gouvernement.

“Le gouvernement n’arrête pas de communiquer sur la manière dont nous sommes submergés par les migrants. Ce n’est pas vrai”, commente Claire Rodier, du groupe de soutien aux immigrants Gisti.

“On nous dit qu’il y a trop d’abus et pas assez d’action, c’est la même chose que nous entendons depuis 30 ans”, a-t-elle déclaré à l’AFP.

L’année dernière, la France a reçu un nombre record de 122 743 demandes d’asile, soit une augmentation de 22% par rapport à 2017. Les requérants étaient principalement originaires de Géorgie et d’Albanie.

“Le nombre de demandeurs d’asile a augmenté, mais nous ne sommes pas le seul pays d’Europe à avoir ce problème”, a déclaré M. Guennoc de l’Auberge des Migrants.

En outre, “pourquoi les Français sont-ils autorisés à aller à l’étranger pour trouver un bon travail et une vie meilleure, mais pas les Géorgiens ou les Albanais ?”

Tags: