CHARGEMENT

Tapez votre recherche

La santé de l’économie allemande plus préoccupante que le Brexit pour Paris

Actualités Industrie International

La santé de l’économie allemande plus préoccupante que le Brexit pour Paris

La Rédaction
Partager

Le commerce français avec l’Allemagne est trois fois plus important qu’avec le Royaume-Uni et 50 entreprises se sont déjà installées à Paris avant le Brexit.

Trois fois plus d’échanges

Si les négociations sur le divorce entre l’Union européenne et la Grande-Bretagne font la une des journaux, la France s’inquiète davantage de l’impact sur sa croissance du ralentissement de l’économie de son principal partenaire commercial, l’Allemagne.

La France négocie trois fois plus avec son voisin d’outre-Rhin qu’avec la Grande-Bretagne. Les responsables politiques français s’inquiètent de plus en plus de la réaction de leurs homologues allemands sur la manière de sortir la plus grande économie d’Europe de la récession.

«Nous sommes plus préoccupés par l’Allemagne que par le Brexit. Nous sommes beaucoup plus exposés à l’Allemagne », a déclaré à Reuters un haut responsable du ministère français des Finances.

Paris cherche – mais avec peu d’espoir – des signes indiquant que Berlin tente de redresser la barre pour organiser une reprise. Les ministres de l’Économie et des Finances des deux pays se sont d’ailleurs réunis à Paris cette semaine. “Il est important de prendre des mesures préventives avant qu’il ne soit trop tard et de ne pas réagir une fois qu’une crise s’est installée”, a déclaré une deuxième source du ministère français des Finances.

Les signes cette semaine que les Pays-Bas pourraient desserrer leur budget pour 2020 offrent un peu d’espoir. Mais cette source au ministère a déclaré que la situation politique intérieure allemande indiquerait qu’une initiative similaire pourrait être difficile à mettre en place pour le ministre allemand des Finances, Olaf Scholz.

Jusqu’ici, l’économie française résiste bien malgré le ralentissement allemand. Le ministère des Finances prévoyait une croissance de 1,4% cette année, soit plus du double des 0,6% enregistrés en Allemagne.

L’année prochaine, la croissance française ne devrait ralentir que très légèrement, à 1,3%, mais la résilience de l’économie dépend en partie de la capacité de l’économie allemande à réaliser l’expansion de 0,9% prévue.

Tags:

Articles en relation