RTE exhorte les décideurs politiques européens à lancer des consultations entre Etats avant toute nouvelle fermeture de centrale

Les décisions des gouvernements européens visant à fermer des capacités de production d’électricité sans une coordination plus large avec d’autres Etats européens pourraient mettre en péril le système électrique européen, a déclaré ce jeudi 25 avril le président de l’opérateur de réseau français RTE.

Manque de concertation internationale lors de la planification

Depuis 2012, plusieurs pays ont annoncé leur intention de fermer certains générateurs au charbon, au nucléaire ou au pétrole afin de réduire les émissions de carbone ou réduire la part du nucléaire dans le bouquet énergétique, comme en France, ou d’éliminer progressivement l’énergie atomique, comme en Allemagne ou en Belgique.

François Brottes a déclaré que ces décisions de politique énergétique prises au niveau national avaient un impact à l’échelle du continent, car les pays dépendaient de plus en plus des importations d’électricité d’autres pays européens pour faire face aux déficits, en particulier pendant les périodes de forte demande.

Les pays prennent des décisions concernant leur capacité de production d’électricité, telles que la fermeture des centrales à charbon ou nucléaire, sans toujours se parler”, a déclaré le président de RTE à Reuters.

“Nous avertissons les décideurs qui prennent des décisions sans se consulter au sujet sur l’évolution de leur mix énergétique respectif”, a-t-il déclaré.

Compter sur les interconnexions électriques pour importer d’autres pays ne suffit plus, a déclaré François Brottes, citant l’exemple de la Belgique, confrontée à un déficit sans précédent l’hiver dernier.

Selon M. Brottes, 15 exploitants de réseaux électriques européens ont signé une déclaration commune pour alerter les décideurs et mettre en avant ces risques avant les élections européennes prévues ce mois-ci.

0