La France et l’Allemagne tentent de sauver la proposition fiscale européenne relative au numérique

La France et l’Allemagne ont convenu ce mardi 4 décembre d’une version réduite de la taxe sur le numérique en Europe, alors que les deux pays font face à une opposition significative au plan parmi les partenaires du bloc.

3% de taxes sur les revenus publicitaires

L’idée, révélée à l’AFP par une source européenne, sera officiellement proposée par Paris et Berlin aux ministre des Finances de l’UE réunis à Bruxelles pour débattre de la question la semaine prochaine.

La France, avec le soutien de l’Autriche, titulaire de la présidence tournante de l’UE, a été frustrée dans son projet d’imposer une nouvelle taxe afin de garantir que les plateformes technologiques mondiales telles que Facebook et Google paient leur juste part d’impôt en Europe.

Paris estime que cette mesure constituerait un succès décisif pour les principaux hommes politiques européens avant les élections au Parlement européen de mai prochain, au cours desquelles les populistes anti-bruxellois pourraient bien faire un score élevé.

Dans son nouveau plan, les géants de la technologie numérique se verraient imposés d’une taxe de 3% sur les ventes de publicité.

0