Les ventes de Renault chutent à l’international

Les ventes du troisième trimestre de Renault SA ont été plus importantes que celles attendues par les analystes, les turbulences sur les marchés émergents, de la Turquie à l’Iran, ayant entraîné une réduction des activités.

Le retrait d’Iran noircit un peu plus le tableau

Les actions du constructeur français ont chuté à leur plus bas niveau en plus de trois ans après que la demande en Turquie, en Argentine et en Inde se soit affaiblie, selon Renault. Une situation aggravée par le retrait de Renault du marché iranien.

La baisse des devises s’ajoute au carnage, notamment au Brésil et en Russie. La société a également réduit ses perspectives de marché pour la Chine, où le ralentissement de l’économie pèse sur les ventes de voitures et où Renault a récemment renforcé sa présence.

Les résultats mettent en évidence la dépendance unique de Renault vis-à-vis des pays en développement par rapport aux autres grands constructeurs automobiles. La société, basée à Boulogne-Billancourt, considère la Russie comme son principal marché hors de France tandis que la Chine se place au quatrième rang. Cela a placé Renault dans une position délicate alors que les tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine, ainsi que la politique étrangère du président Donald Trump, ébranlent les petites économies. Renault a dû cesser ses activités en Iran et les livraisons en Turquie ont été divisées par deux en trois mois.

Le trimestre a été “difficile”, a déclaré la directrice financière, Clotilde Delbos, à des analystes lors d’une conférence téléphonique. Néanmoins, a-t-elle ajouté, la société constate une amélioration en Russie et au Brésil, deux pays “qui nous offrent de grandes opportunités”.

Alors que Renault n’avait vendu que 72 100 véhicules en Chine l’année dernière sur un total de 3,8 millions de véhicules, Renault a récemment créé une joint-venture avec Jinbei et Huasong pour la vente de véhicules utilitaires.

La société voit maintenant le plus grand marché automobile du monde en croissance de 2% cette année, contre 5% précédemment, selon un communiqué du groupe publié ce mardi 23 octobre.

0