L’offre culturelle numérique explose et bouleverse l’économie

À l’ère du numérique, nos modes de vie et de consommation sont profondément transformés, y compris en matière culturelle. Les jeunes pousses comme M Média ou Ask Mona, les acteurs institutionnels comme le groupe Audiens, le public et les artistes sont confrontés à des défis et des opportunités sans précédent.

Plus de 1 000 musées ayant l’appellation « Musées de France », 44 000 monuments historiques, 42 sites inscrits au patrimoine mondiale de l’UNESCO, 3 400 parcs et jardins protégés, 1 425 festivals… Les chiffres de la Direction générale des patrimoines donnent le tournis. Et permettent à la cheffe du département de la Politique de publics, Emmanuelle Lallement, de tirer une conclusion aussi simple qu’indiscutable : « La France possède une offre culturelle exceptionnelle ». Rendre cette offre disponible à l’ère du numérique est cependant une autre paire de manches.

Les réseaux sociaux, les smartphones ou encore le crowdsourcing ont fait émerger de nouveaux modèles de consommation culturelle. Cela constitue à la fois un défi et une opportunité sans précédent pour le monde de la culture. « Le numérique est désormais bien présent auprès des visiteurs. Ils sont massivement connectés à Internet et sont de mieux en mieux équipés en termes de matériel (tablettes tactiles, smartphones…). Internet est une véritable révolution et a induit de nouvelles pratiques », constate Philippe Fabry, chargé du e-tourisme au sein de l’Agence de développement touristique de la France (Atout France).

 

M Média et Ask Mona : Success stories

Pour répondre à ces changements, les initiatives visant à profiter des opportunités introduites par le numérique ne cessent de se multiplier. Avec un succès avéré. En septembre, la plateforme numérique M Média a annoncé qu’elle souhaitait intégrer la bourse de Paris avant la fin de l’année. Spécialisée dans la création artistique (concerts, spectacles, documentaires, cinéma d’auteur), la société de vidéo à la demande envisage de lever entre 5 et 10 millions d’euros, pour une valorisation comprise entre 50 et 100 millions d’euros. Fondée en 2011 et basée à Aix, la société revendique 10 000 abonnés payants et 100 000 utilisateurs gratuits. « M Média est le plus grand diffuseur culturel en contenus Ultra Haute Définition (4K/UHD) au monde », s’enthousiasme la société dans un communiqué.

Une success story qui n’est cependant pas exceptionnelle. Créée l’an dernier, la startup Ask Mona souhaite de son côté rendre l’offre culturelle plus accessible et la promouvoir auprès du jeune public grâce à une intelligence artificielle qui renseigne, conseille et donne des offres personnalisées en matière culturelle. À peine un an après son lancement, la société a réussi à boucler une levée de fonds de 500 000 euros, ce qui lui permet d’envisager une offensive à l’international, selon les informations des Échos.

 

Audiens : soutenir les projets innovants

Conscient des bouleversements introduits par le numérique, le monde de la culture se rassemble et agit. Ainsi, la journée « CultureNum », qui s’est tenue dans le cadre du festival d’Aix-en-Provence, a été l’occasion de réfléchir autour des nouveaux enjeux et des opportunités introduites par le numérique dans les industries culturelles, et plus spécifiquement dans le monde du spectacle vivant, selon le mot du groupe Audiens, partenaire de l’événement.

Groupe de protection sociale dédié aux professionnels de l’audiovisuel, de la communication, de la presse et du spectacle, Audiens est notamment à l’origine du Prix de l’initiative numérique Culture, Communication, Médias. Son objectif : récompenser et mettre en lumière des entrepreneurs, des associations ou des étudiants porteurs de projets innovants. Sites web, plateformes communautaires, applications mobiles, médias numériques, logiciels ou encore projets d’édition, d’art ou d’événements numériques, toutes les idées au service de la culture, de la communication et des médias sont mises en avant par le Prix de l’initiative numérique.

Ce qui est loin d’être anodin. En effet, comme le rappelle Laure Kaltenbach, directrice générale et membre fondatrice du Forum d’Avignon, « les nouvelles formes d’interaction des acteurs culturels avec leurs publics contribuent à transformer en profondeur le rapport et l’accès du public à la culture, pour davantage de partage et de plaisir. Ce qui reste la promesse fondamentale de la culture ».

0