Une du Point sur Erdogan : Emmanuel Macron défend la liberté de la presse

Le président français Emmanuel Macron a lancé un débat sur la couverture d’un magazine qui qualifie le président turc Recep Tayyip Erdogan de “dictateur”, estimant que les attaques contre les kiosques vendant le dernier numéro étaient inacceptables.

“La liberté de la presse n’a pas de prix : sans elle, c’est la dictature”, a déclaré M. Macron sur Twitter ce lundi 28 mai. “Il est totalement inacceptable que des affiches du Point soient arrachées à des kiosques au motif qu’elles déplaisent aux ennemis de la liberté de la presse, en France et à l’étranger.”

Le Point, magazine hebdomadaire d’actualités, a présenté en couverture une photo du président turc sur son édition du 24 mai titrée en jaune : “Le dictateur. Jusqu’où ira Erdogan ? » Le magazine accuse dans cette édition le chef d’Etat turc d’enfermer ses opposants, aussi bien des magistrats ou que des journalistes.

Depuis, Le Point, dont le siège est basé à Paris, a déclaré avoir été victime de « harcèlement, insultes, intimidations, abus antisémites et menaces ». La France est particulièrement sensible sur ce sujet suite aux attentats du magazine satirique Charlie Hebdo à Paris il y a trois ans qui avaient causé la mort de 12 personnes.

Dans des vidéos publiées sur les réseaux sociaux le week-end dernier, il est possible de voir des hommes essayer de déchirer des affiches de Le Point dans les kiosques à journaux.

Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan sont en contact régulier depuis l’élection du président français il y a un an. Les deux hommes ont parlé sept fois au total, selon les archives du palais de l’Élysée. Leur dernière conservation remonte au 14 avril, après l’opération militaire conjointe de la France en Syrie avec les Etats-Unis et le Royaume-Uni.

0