Sondage : la mauvaise image du Medef

Près de deux Français sur trois affirment avoir une mauvaise opinion du Medef et de son président Pierre Gattaz, selon un nouveau sondage BVA pour Orange et iTÉLÉ, publié dimanche.

Reforme-du-travail-le-projet-de-loi-El-Khomri-va-dans-le-bon-sens-pour-Pierre-Gattaz

Une cote de popularité qui ne cesse de se dégrader. Près de 64% des Français interrogés indiquent avoir dans l’ensemble une mauvaise opinion du syndicat patronal, soit 7 points supplémentaires par rapport à l’année précédente, tandis que 31% disent en avoir une bonne opinion et 5% qui préfèrent ne pas rendre le verdict de leurs sentiments.

Une année auparavant, le Medef réussissait encore à convaincre 37% de Français.

Dans le détail, chez les sympathisants de gauche, le Medef récolte seulement 8% d’opinions favorables, contre 59% à droite.

Pierre Gattaz n’est pas épargné, le président de l’organisation patronale récolte un bilan mitigé : 57% des interrogés affirment avoir une « mauvaise opinion » de lui, 8 points de plus que l’année précédente.

Le mal-aimé récolte tout de même la faveur de 15% des Français, qui indiquent avoir une « bonne opinion » de lui, soit deux points en moins par rapport à la dernière période étudiée.

Néanmoins, 27% des personnes interrogées estiment « ne pas le connaître assez » pour rendre un jugement précis.

Un tiers des interrogés (33%) désire que le gouvernement accorde plus de crédit aux revendications de l’organisation patronale dans ses choix, un résultat qui baisse de 8 points d’un an sur l’autre.

60% de Français veulent éviter les prud’hommes en cas de séparation

Concernant le travail salarié, il ressort que six Français sur dix, soit 60%, sont plutôt favorables à ce que les indemnités et modalités en cas de rupture avec l’employeur soit fixées à l’avance, afin d’éviter notamment de passer par la case prud’hommes.

Enfin, cette étude rapporte que deux tiers des Français (66%) se disent plutôt opposés à l’abandon du principe de précaution en vue de favoriser le progrès technologique, la recherche scientifique et l’économie.

0