Le dollar : roi de l’année 2014

Le dollar s’apprête à réaliser sa meilleure performance depuis 2005. Il était alors monté d’environ 13 % et devrait terminer l’année 2014 sur une augmentation de 12 % selon les dernières estimations. Des gains dus à une politique monétaire américaine favorable qui devraient se confirmer grâce au relèvement des taux aux États-Unis prévus pour mai 2015. 

Un_dollar_us

Si l’on en croit l’avis des marchés, le dollar pourrait monter de 12 % à la fin de cette année. Un record depuis son augmentation de 13 % en 2005. Ce mouvement ascendant devrait de plus se poursuivre en 2015. En effet, alors que l’assouplissement est de mise en Europe et au Japon, la politique monétaire américaine se dirige vers une remontée des taux, prévue pour mi-mai 2015, qui devrait confirmer la bonne forme du billet vert.

Ce mercredi 31 décembre au matin, sa valeur, comparée à un panier de six différentes devises, s’est stabilisée à 89,992. La veille, elle avait atteint 90,325, son plus haut score depuis 2006. Cette hausse du dollar dépasse ainsi celle de l’euro, de yen, du sterling, des dollars canadien et néo-zélandais, des couronnes suédoise et norvégienne et du franc suisse.

Les analystes restent cependant prudents quant à la durée de cette domination de la monnaie américaine. Le yen est en effet en pleine croissance et Teppei Ino, analyste de Bank of Tokyo-Mitsubishi UFJ, indique que la monnaie japonaise pourrait se solidifier d’autant plus en 2015, particulièrement si les craintes entourant l’économie grecque se confirment.

Le yuan de son côté ne devrait pas poser de problème au dollar américain. La monnaie chinoise a en effet vécu cette année sa plus importante perte annuelle depuis sa réévaluation de 2005. Une baisse de 2,4 % qui a vite fait oublier son augmentation de 2,8 % de 2013. Pas de panique cependant, ce plongeon étant apparemment désiré par la Banque populaire de Chine (PBoC) qui espère ainsi réussir à contrecarrer les spéculateurs, de plus en plus vifs sur ses marchés. Ainsi, si la Chine est devenue la première puissance économique mondiale selon le FMI au début du mois de décembre, l’économie américaine a encore de beaux jours devant elle.

1