Chômage : des chiffres mauvais pour conclure un année noire

Le gouvernement avait préparé le terrain depuis plusieurs jours, les chiffres du chômage pour le mois de novembre ne seraient pas bons. Les tristes augures ont déjà été suivis puisque la hausse de 0,8 % du nombre de chômeurs vient conclure une année placée sous le signe de l’échec pour l’exécutif.

le nombre de chômeur a encore augmenté au mois de novembre 2014

le nombre de chômeur a encore augmenté au mois de novembre 2014

Depuis plusieurs années, l’emploi est la priorité numéro un des électeurs. Peut-être écoutés, mais certainement pas entendus, les Français continuent de subir une crise face à laquelle le gouvernement est en panne de solution. Alors que les chiffres du mois de décembre seront connus à la mi-janvier et viendront mettre un point final à l’exercice 2014, les résultats du mois de novembre sont dans la lignée d’une année très mauvaise.

27 400 nouveaux inscrits viennent grossir les rangs de la catégorie A (principal indicateur, qui regroupe les chômeurs n’ayant pas du tout travaillé dans le mois), entraînant un triste record de 3 488 300 chômeurs en métropole. C’est le troisième mois de forte hausse du chômage, mais le gouvernement s’évertue à souligner les points les moins négatifs. Les plus de 50 ans sont davantage touchés par la hausse (+1 %) que les jeunes (+0,5 %), lesquels bénéficient des emplois d’avenir. Une manière d’illustrer les bienfaits d’une politique qui fait massivement appel à des contrats aidés (près de 500 000 prévus en 2015).

Des recettes inefficaces

Malgré la mise en branle d’une telle politique, on compte déjà 181 300 chômeurs en plus qu’au début de l’année. Les très mauvais chiffres de 2012 et 2013 (+  174 800) sont déjà dépassés, et les prochains mois promettent d’être difficiles. Toutes catégories confondues, la barre des 5,5 millions est sur le point d’être franchie (5,2 millions actuellement) et la grogne sociale et parlementaire ne devrait que se renforcer à l’aune de ces statistiques très décevantes.

Au ministère du Travail, le discours se veut optimiste malgré tout et l’on table sur une « amélioration de la conjoncture en 2015 (qui) s’accompagnera de la poursuite d’une politique de lutte contre le chômage offensive ». 2015 ne devrait pourtant pas apporter de bonnes nouvelles sur le front de la croissance et de l’emploi. Le chômage de longue durée – autre indicateur de la santé économique d’un pays – continue d’augmenter (+0,2 %) pour atteindre les 2,389 millions de personnes inscrites à Pôle emploi depuis un an et plus.

Les années se suivent et se ressemblent pour les chômeurs. Pour le gouvernement, les années passent et érodent toujours un peu plus ses moyens d’action et sa crédibilité auprès de Français attachés à la lutte contre le chômage et la précarité.

0