Les robots pom-pom girls de Murata, prémices d’un futur téléguidé

La grande attraction du salon Ceatec de Tokyo de cette année, a été sans conteste les robots pom-pom girls élaborés par la firme Murata. Hormis le divertissement offert, l’avancée en matière de déplacement intelligent, aperçue grâce à ces 10 danseuses robotiques à pompons, démontre un avenir placé sous le signe d’une assistance technologique accrue pour l’humain.

pom-pom-nipponnes_1776562

Un show amusant qui cache une véritable prouesse technologique

 

Les 10 petites pom-pom girls, véritables vedettes durant ces cinq jours, ont offert aux spectateurs des chorégraphies parfaitement synchronisées sur de la Japanese Pop (J-Pop), qui est une musique à la mode dans les grandes villes nippones. Un public visiblement ébahit de les voir lever les bras tout en changeant de couleur et de position. Équipées de trois gyrocapteurs qui identifient les mouvements du corps et les directions, les automates en tutu se déplaçaient tout en restant stable, corrigeant très rapidement toute mauvaise inclinaison ou trajectoire pour ne pas perdre l’équilibre.

Au-delà du simple divertissement, le show faisait figure d’exposé. Un moyen jugé beaucoup moins rébarbatif que de longues explications avec des schémas de roboticiens. Le concentré technologique de ces petites automates peut s’installer sur plusieurs supports, notamment dans une voiture. Au Japon, de nombreuses recherches sont entamées afin de mettre sur le marché un véhicule intelligent capable d’effectuer un trajet sans intervention humaine.

Dans un cas d’urgence également, ou le déploiement humain est délicat voire impossible, des robots équipés de ce genre de technologie pourraient être envoyés en mission. «Dans un bâtiment en ruines, qui s’est effondré à la suite d’un séisme ou d’une catastrophe, comme à Fukushima, indique Yoshihiko Takeda, il est précieux d’avoir des robots se déplaçant dans des endroits difficiles d’accès, travaillant à plusieurs pour rechercher des victimes, dégager des espaces pour intervenir», précise Yoshihiko Takeda, en charge de la communication de Murata.

source

 

0