CHARGEMENT

Tapez votre recherche

Confinement : Internet a supporté le choc

Actualités Conso International

Confinement : Internet a supporté le choc

La Rédaction
Partager
internet confinement - Economie Matin

Tiré par les loisirs en ligne, le trafic sur Internet a considérablement augmenté durant le confinement. La généralisation du télétravail n’y est pas non plus étrangère.

Si d’aucun craignait la surchauffe, l’Internet mondial a finalement tenu le coup pendant le confinement. Sans surprise, alors que des millions d’individus étaient assignés à résidence, les connexions Web ont considérablement augmenté. D’après les informations transmises par le spécialiste américain de la protection des réseaux Netscout, le trafic haut débit des foyers français a progressé de 34 % en mars et de 29% en avril, par rapport à la même période l’année dernière. La Fédération Française des Télécoms s’est félicitée de la résilience des réseaux tricolores, qui ont réussi à absorber cette flambée inédite d’activités.

Hubside : + 50% de temps de consultation par les utilisateurs

Les internautes se sont largement emparés du Web pour se distraire. Le spécialiste français de la création de site Web Hubside a ainsi constaté une nette hausse d’activité de la part de sa communauté de passionnés. « Pendant le confinement, nos utilisateurs ont passé plus de 50 % de temps en plus sur la plateforme pour créer leur site internet Hubside. Une manière de positiver, de s’échapper, ou de partager leur expérience du confinement, y compris pour les personnes sur le pied de guerre », analyse Alexandre Hampe, directeur des opérations d’Hubside.

Les loisirs ont ainsi représenté une part importante des activités en ligne durant le confinement. Toujours selon les données communiquées par Netscout, le streaming vidéo ainsi que les jeux en ligne figurent en tête des pratiques de divertissement au niveau mondial. La tendance a été particulièrement forte en France, où le trafic des Réseaux de Diffusion de Contenu (RDC) a continuellement enflé en mars et avril, jusqu’à atteindre une croissance de 86 % en avril. A contrario dans le reste de l’Europe, la croissance moyenne s’est élevée à 20 % sur la même période.

Une hausse du streaming vidéo anticipée

Les opérateurs et les hébergeurs avaient anticipé cette hausse de la consommation à la demande de Thierry Breton, le commissaire européen au Marché intérieur. Le 18 mars, à la suite d’un entretien avec le PDG de Netflix, Reed Hastings, il avait enjoint les opérateurs de télécommunication et les plateformes de streaming a veillé au bon fonctionnement d’internet pendant l’épidémie de Covid-19. Pour atténuer les effets de l’encombrement des réseaux, Thierry Breton avait notamment suggéré aux utilisateurs de plateformes de streaming de troquer le mode de visionnage haute définition contre un mode « standard », afin de libérer la bande passante, notamment pendant les heures de travail.

Hausse du télétravail

La généralisation de la pratique du travail à distance a aussi pesé sur les réseaux. En particulier, le recours à la visio-conférence et aux réseaux privés virtuels (VPN) en semaine. Ces derniers permettent aux télétravailleurs d’accéder à des contenus d’entreprise en toute sécurité. Dans la région EMEA, qui recouvre l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique, Netscout note une hausse de 67% du trafic lié à leur utilisation. En France, l’usage des plateformes de cloud professionnelles aurait quant à lui grimpé de 84% par rapport à 2019.

Si le télétravail et les loisirs en ligne ont occupé la majeure partie du temps des personnes confinées, ces dernières ont aussi tenu à s’informer et à prendre des nouvelles de leur entourage. Et se sont massivement ruées sur les réseaux sociaux pour le faire. Une étude réalisée par le CSA pour LinkedIn France révèle ainsi qu’une majorité de Français (55%) aurait eu du mal à vivre le confinement sans les réseaux sociaux.

Tags:

Articles en relation