CHARGEMENT

Tapez votre recherche

Assurance : les mutualistes à la rescousse des entrepreneurs

Actualités Business

Assurance : les mutualistes à la rescousse des entrepreneurs

La Rédaction
Partager
Mutalisme coronavirus crédit mutuel agricole

Alors que les assureurs refusent de prendre en charge la perte d’exploitation des entrepreneurs français liée au Coronavirus, le Crédit Mutuel et sa filiale CIC ainsi que le Crédit Agricole ont décidé de verser 200 millions d’euros à leurs clients professionnels en difficultés. Preuve d’un engagement mutualiste sans faille.

Un bol d’air. Alors que bon nombre d’entrepreneurs français ne savent pas s’ils pourront survivre à la crise économique liée au Coronavirus, le Crédit Mutuel Alliance Fédéral et sa filiale CIC ont pris la décision d’appliquer les valeurs mutualistes en leur venant en aide. Un geste salué par leurs clients. « On a une responsabilité morale (…) Sortons des débats théologiques. On agit et surtout on agit vite », a déclaré Nicolas Théry, le président du groupe Crédit Mutuel sur France Inter mercredi dernier.

Interrogé sur l’habituel non prise en charge du risque pandémique dans les contrats d’assurance, Nicolas Théry a par ailleurs martelé : « on ne va pas ergoter sur le droit (…) Si on ergote pendant six mois, les clients auront disparu et à la fin tout le monde sera perdant », a avant d’appeler les autres assureurs à l’imiter : « je pense que le secteur peut le faire, c’est à lui de juger ».

Des paroles fortes qui ont convaincu le Crédit Agricole de s’aligner, dans la soirée, sur la position du Crédit Mutuel. La banque a en effet annoncé « un dispositif inédit de soutien pour tous les assurés ayant souscrit une assurance multirisque professionnelle avec perte d’exploitation. Ce dispositif mutualiste de soutien conduira à verser une somme correspondant à une estimation forfaitaire de la perte de revenus du secteur économique concerné pendant la période ».

Les mutualistes « rapidement » suivis ?

Les prises de positions des deux groupes mutualistes n’ont pas manqué de réjouir leurs assurés qui l’ont fait savoir par la voix de la Confédération des PME qui, via un communiqué de presse, a « salué ces engagements exemplaires ». Mais celle-ci appelle également à ce que les autres assureurs suivent : « les autres compagnies doivent mettre en place rapidement des dispositifs similaires ».

Le Crédit Mutuel – la fédération du Crédit Mutuel de Bretagne Arkéa n’a pas pris part à cette mesure – et le Crédit Agricole font malheureusement figure d’exceptions pour le moment. Or, la situation est « dramatique » déplore Roland Héguy, président de l’Umih, principale organisation de l’hôtellerie-restauration, selon qui « si les assureurs prenaient en charge 30 % de nos pertes d’exploitation, cela éviterait énormément de faillites et de chômage ».