CHARGEMENT

Tapez votre recherche

Rémunération : combien perçoivent nos banquiers ?

Business

Rémunération : combien perçoivent nos banquiers ?

La Rédaction
Partager
BNP, Crédit Mutuel, BPCE, Crédit Agricole

« Les patrons de banques françaises ont été gâtés en 2017 », titrait L’Agefi l’année passée. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’en 2018 aussi. Tour d’horizon.

En 2018, l’Agence économique et financière publiait le classement des dirigeants de banques françaises selon leur rémunération au titre de l’année 2017. Celui-ci mettait en évidence l’avance de Jean-Laurent Bonnafé (BNP Paribas) et de Frédéric Oudéa (Société Générale) qui avaient perçu plus de 3 millions d’euros chacun. Laurent Mignon, rémunéré pour sa direction de Natixis (filiale de BPCE) et de BPCE complétait le podium avec un salaire de plus de 2,6 millions pour l’année 2017.

Société Générale, Arkéa, Crédit Mutuel, BPCE, BNP

L’année 2019 arrivant à son terme, la Rédaction d’Actu-Economie vous présente le classement des Directeurs et Présidents de banques françaises selon leur rémunération perçue au titre de l’année 2018. Vous y trouverez également l’évolution de leurs émoluments depuis 2015.

BNP, Crédit Mutuel, BPCE, Crédit Agricole

Les trois premières places du podium sont encore une fois réservées à Jean-Laurent Bonnafé (BNP Paribas), Laurent Mignon (BPCE et Natixis) et Frédéric Oudéa (Société Générale).

Depuis 2015, Laurent Mignon et Frédéric Oudéa ont vu leur rémunération augmenter respectivement de 34 % et 60 %.

Mais ce ne sont pas les dirigeants ayant connu la plus forte augmentation : Michel Grass (BPCE) et Dominique Lefebvre (Crédit Agricole) ont ainsi enregistré une augmentation de salaire de plus de 500 %. Malgré cette hausse colossale, les deux hommes restent les moins bien rémunérés comparés à leurs homologues.

Par ailleurs, comme souligné par L’Agefi en 2018, les dirigeants du Crédit Mutuel Arkéa, Ronan Le Moal et Jean-Pierre Denis, perçoivent cette année encore une rémunération plus importante que les dirigeants du Crédit Mutuel Alliances Fédérales, Nicolas Théry et Daniel Baal, la seconde entité comptant pourtant près de 4 fois plus de fédérations que la première. Jean-Pierre Denis et Ronan Le Moal ont par ailleurs vu leur rémunération doubler depuis 2015, quand celle de Nicolas Théry n’a augmenté « que » de 4 %.