Triango le quartier d’affaires « nouvelle génération »

Adossé à EuropaCity dans la ZAC du Triangle de Gonesse, le nouveau quartier d’affaires devrait permettre de créer 40 000 emplois.

triango gonesse carma europacity

Le 6 février dernier, le promoteur belge Bopro annonçait son intention d’installer son futur siège au sein du quartier d’affaires Triango. Un chantier gigantesque, innovant et plein de promesses, éclipsé médiatiquement par l’attention accordée au projet voisin, Europacity. En effet, les deux projets se côtoient dans la ZAC du Triangle de Gonesse, cette zone à fort potentiel économique entre les aéroports du Bourget et de Roissy.

« Vivant et diversifié », le quartier d’affaires Triango proposera environ un million de m2 de locaux, dont 800 000 m2 de bureaux, 200 000 m2 d’activités technologiques et 80 000 m2 de centres d’innovation (activités de recherche et développement). À cela s’ajoutent 75 000 m2 d’hôtels, 20 000 m2 d’équipements d’enseignements et centres de formation, 15 000 m2 d’équipements sportifs et culturels et 15 000 m2 de commerces et de services.

S’étendant sur 15 hectares, le projet se veut par ailleurs exemplaire sur le plan environnemental. Il est en effet « tourné vers l’économie circulaire, c’est-à-dire une économie qui lutte contre le gaspillage en faisant en sorte de réutiliser les matériaux », précise le site web de la ville de Gonesse.

Le quartier respectera les principes de la démarche « haute qualité environnementale » en matière d’émissions de gaz à effet de serre et d’acoustique. Il comprendra un espace agricole avec des fermes sous serres et un parc sportif avec un système de récupération et de gestion des eaux de pluie.

Le siège du Belge Bopro sera quant à lui constitué de bureaux de nouvelle génération, baignés de lumière et entourés de verdure. Un bâtiment qui doit combiner espace de travail et nature : un pari esthétique, écologique et presque philosophique tant cette implication des espaces naturels dans un lieu dédié au travail tertiaire est inédite. Une manière de rendre plus agréable le travail en l’intégrant dans un cadre plus vert ?

 

Ainsi, près de 10 000 m2 de serres seront installées sur les toits afin de faire pousser des légumes et des fruits. Le tout combiné avec un système d’aquaponie, un mode de production qui unit la culture de plantes et l’élevage de poissons.

Un modèle de production agricole qui n’a rien de « folklorique » ou d’accessoire selon Bruno Georges, fondateur du bureau d’études technique fluides et développement durable ITF : selon lui la densité des cultures, une bonne productivité à l’hectare et des produits à forte valeur ajoutée permettront à ces serres de créer « quatre à cinq fois plus d’emplois que des surfaces agricoles classiques ».

EuropaCity : 10 500 emplois directs non délocalisables à la clé

Le projet Triango s’inscrit dans l’aménagement du Triangle de Gonesse. Un environnement particulier, à la fois aux portes de Paris, mais coincé entre deux aéroports, des voies de circulations et impropres à la construction de logements. « Sur ce territoire, essentiellement couvert par la zone d’exposition au bruit de l’aéroport du Bourget tout proche, la construction de logements est interdite sur la quasi-totalité de la zone de 299 hectares, dont un peu plus de 240 hectares de terres agricoles, dont la production n’est pas propre à la consommation humaine directe » explique ainsi Thierry Lajoie, directeur général de grand Paris Aménagement interrogé par Les Échos.

Un terrain particulier qui a poussé l’État et les collectivités locales à aménager une partie de la zone en quartier mixte, comprenant un tissu d’entreprises, des loisirs et une offre culturelle. En effet, en plus du quartier d’affaires Triango, trois autres projets sont prévus. Le plus important d’entre eux, c’est Europacity. La puissance publique et les promoteurs veulent faire de cette « ville nouvelle » le prochain pôle touristique en Île-de-France, en proposant des hôtels, des restaurants, des parcs, des attractions, des musées, des salles de concerts et de nombreux commerces. Déclaré « d’utilité publique » par le préfet du Val-d’Oise au mois de décembre, elle devrait accueillir 31 millions de visiteurs par an.

Triango gonesse europacity carma

Source : triangledegonesse.fr

Avec Triango et Europacity, deux projets complètent le dispositif prévu dans le Triangle de Gonesse. D’abord, un parc créatif, véritable espace vert qui doit parcourir l’ensemble du site et faire la jonction entre les différents pôles. Avec une configuration en dénivelé, le parc offrira des vues panoramiques imprenables sur la tour Eiffel, le Sacré-Cœur, La Défense, le Stade de France, la Basilique de Saint-Denis.

Enfin, une lisière agricole est prévue sur 11 hectares pour « favoriser les échanges entre producteurs et citadins, au travers de nouvelles formes d’agriculture (cueillette, jardins partagés), de nouvelles filières énergétiques (compostage) et de circuits courts » selon la mairie de Gonesse. Une manière de faire une transition douce avec le reste du territoire, à savoir les 400 hectares de terres agricoles sanctuarisées. Car sur les 750 hectares du Triangle de Gonesse, seuls 280 seront aménagés, dont 80 seulement pour Europacity et 15 pour Triango.

Le Triangle de Gonesse devrait permettre de créer plus de 50 000 emplois, dont 40 000 liés au quartier d’affaires et 10 500 liés à EuropaCity en phase d’exploitation. Alors que le Val-d’Oise fait partie des 10 départements français où la pauvreté ne cesse de gagner du terrain, ces chiffres ont de quoi susciter l’espoir.

1