Grève Air France : Elisabeth Borne met en garde sur l’avenir de la compagnie aérienne

Le gouvernement français a de nouveau averti sur les perspectives du groupe Air France-KLM, affirmant que le conflit entre la direction et les employés au sujet des salaires signifie que la compagnie aérienne est en train de perdre son avantage concurrentiel.

Des négociations au point mort

« Je m’inquiète pour l’avenir d’Air France », a ainsi déclaré ce mardi 8 mai la ministre des Transports, Elisabeth Borne au micro de France Info, faisant écho aux déclarations du ministre des Finances il y a deux jours qui a appelé les salariés à mettre fin au conflit. Le transporteur aérien « est moins compétitif que son partenaire KLM et d’autres compagnies aériennes européennes », a-t-elle ajouté.

En tant que plus gros actionnaire d’Air France-KLM, le gouvernement français a entamé un bras de fer avec les syndicats et la direction, tandis que la grève continue et que Jean-Marc Janaillac, ancien PDG du groupe, va prochainement démissionner suite à son incapacité à mettre fin au conflit.

Elisabeth Borne se place résolument du côté de la direction, critiquant plutôt les pilotes d’Air France pour des revendications salariales excessives.

« Les employés d’Air France doivent comprendre dans quel monde nous sommes et quelle est la concurrence aujourd’hui », indique-t-elle. Les syndicats d’Air France ont demandé mardi à la direction de reprendre les négociations, selon un article paru sur Twitter.

Le transporteur a annulé environ un cinquième de ses vols réguliers dans le dernier cycle de débrayages depuis février. Le PDG Jean-Marc Janaillac démissionnera à la fin de l’assemblée annuelle des actionnaires prévue le 15 mai prochain et une direction intérimaire sera mise en place, a annoncé une porte-parole.

0