Le gouvernement réorganise le « bac »

La qualification datant de l’époque napoléonienne doit rester un « tremplin », selon le ministre.

Le président de la République Emmanuel Macron a décidé d’appliquer de mettre en marche les réformes dans le système éducatif, le gouvernement ayant dévoilé une refonte radicale du baccalauréat, qualification de fin d’études qui remonte à l’époque napoléonienne.

En France, le « bac » ouvre les portes de l’enseignement supérieur aux 700 000 étudiants qui passent l’examen chaque année. Mais le gouvernement a déclaré que cette qualification était devenue trop complexe du point de vue de son organisation, tout en ne permettant pas aux étudiants de se spécialiser suffisamment.

Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Education, a déclaré ce mercredi 14 février que les adolescents devaient être mieux préparés à l’université et à l’emploi.

La qualité du baccalauréat « a décliné au cours des dernières années », affirme M.Blanquer, qui était président de l’ESSEC avant de rejoindre le gouvernement. « Il doit rester un rite et un tremplin. »

Des réformes critiquées

Derrière cette refonte, beaucoup craignent que la France ne fasse glisser vers le bas du classement son système éducatif par rapport à ses voisins européens. Une des promesses de campagne d’Emmanuel Macron était de moderniser le système de qualification en France, mais ses réformes ont été critiquées par les professionnels de l’éducation.

Des manifestations et des grèves ont ainsi été organisées ce jeudi 15 février, des enseignants et des étudiants de toute la France étaient dans les rues pour protester contre ces propositions. Pour leur part, les étudiants protestent contre un projet de loi sur l’accès à l’université, ce dernier supprimerait le système d’admission pour les universités et resserrerait les critères d’admission.

Les réformes proposées couvrent deux des trois principaux types de baccalauréats – le baccalauréat général et le baccalauréat technologique – qui représentent à eux deux 70% des candidats.

Le baccalauréat est plus pondéré lors des examens finaux que dans d’autres pays européens, comme le Royaume-Uni. La réforme, qui prendrait effet pour les premiers examens en 2021, prévoit un nouveau baccalauréat qui sera en partie basé sur des examens continus au cours des deux années. Les élèves pourront également orienter leurs études vers des diplômes spécifiques plus tôt.

0