Cinq ans de prison pour l’héritier de l’empire Samsung

Jay Y. Lee, vice-président de Samsung Electronics, a écopé de cinq années d’emprisonnement ce vendredi 25 août suite à une affaire de trafic d’influence en rapport avec l’ancienne présidente sud-coréenne Park Geun-hye, qui a été destituée depuis.

Trafic d’influence

Âgé de 49 ans, l’héritier de l’empire Samsung a été arrêté le 17 février dernier puis jugé pour des faits de corruption et détournement de fonds en rapport avec un scandale qui secoué la Corée du Sud.

Les juges avaient au départ requis 12 années d’emprisonnement pour le patron d’un des plus grands conglomérats asiatiques.

Jay Y. Lee était notamment accusé d’avoir garanti à une entreprise et des fondations créées par Choi Soon-sil, proche de Park Geun-hye, une somme équivalant à 35 millions d’euros en l’échange du soutien de la caisse sud-coréenne des retraites en vue de la validation en 2015 d’un projet de fusion entre deux filiales appartenant à Samsung.

Des faits en rapports avec un transfert à l’étranger d’actifs et le recel de gains illégaux lui étaient également reprochés.

Ce dernier est emprisonné depuis février et nie tout détournement.

0