Numérique : révolution pour les entreprises et les clients

De plus en plus d’entreprises sont confrontées aux défis du numérique. Même les grands groupes publics misent sur les innovations technologiques pour améliorer la qualité du service aux clients, à l’image d’EDF et de La Poste.

Comme la SNCF, France Télécom, GDF-Suez ou Air France, les principales entreprises publiques françaises véhiculent encore l’image de dinosaures hermétiques à tout changement en profondeur. Et pourtant, cette réputation est plus que jamais contestable au regard du vent technologique qui souffle sur la plupart de ces grands groupes. EDF, l’électricien français, est actuellement aux premières loges de cette transformation numérique via sa filiale Enedis, ex-ERDF. Depuis décembre 2015, l’opérateur s’est lancé dans le renouvellement de son dispositif de suivi de la consommation électrique avec le déploiement de 35 millions de compteurs Linky sur l’ensemble du territoire, d’ici 2021.

Finies les demi-journées sacrifiées pour attendre le passage du technicien ; terminées les estimations mensuelles basées sur le relevé annuel du compteur. Grâce à la dématérialisation des interventions, l’entreprise comme les usagers réaliseront des économies de temps. Pour les ménages, Linky doit également permettre de suivre la consommation d’électricité en temps réel, sachant qu’un meilleur niveau d’information a démontré des effets positifs sur les habitudes de consommation. Selon une étude du CNRS, publiée en 2015, le fait de fournir aux ménages une information détaillée de leur consommation électrique en temps réel suffit à réduire la consommation de 20%.

Après Linky, EDF teste d’autres innovations technologiques

Si l’installation du nouveau compteur communicant a pu susciter quelques craintes, celles-ci ont surtout été alimentées par la fronde anti-Linky menée sur le web et les réseaux sociaux. Le Conseil général de l’environnement et du développement durable (CGEDD) pointe du doigt, dans un rapport publié en mai dernier, la campagne de « désinformation évidente de certains sites opposés à Linky, avec de plus une nette volonté de créer un sentiment d’inquiétude parmi le public ». Pas de quoi cependant ralentir le déploiement des compteurs, qui équipent déjà plus de quatre millions de foyers français.

Loin d’être freinée dans sa transition numérique, Enedis poursuit à présent l’expérimentation de Dino, un capteur de détection des inondations actuellement testé à Lyon. Le principe est simple : des capteurs permettent d’alerter les agents d’Enedis de la montée des eaux. L’objectif étant d’anticiper toute coupure de courant pouvant affecter les consommateurs. Si les essais sont concluants, cette technologie pourrait être généralisée à toute la ville après l’été. « Nous prenons cette révolution comme une opportunité, confie Christian Buchel, directeur général adjoint de l’opérateur. Ce n’est pas juste des mots. Avec notre programme massif dans le digital, nous voulons bénéficier des évolutions technologiques dans le stockage d’électricité, le photovoltaïque ou les algorithmes. »

La Poste booste son commerce en ligne

Autre grande entreprise à avoir pris le virage du numérique, La Poste a entamé sa révolution technologique depuis déjà plusieurs années. Après avoir ouvert son activité à de nouveaux services (téléphonie, code de la route, etc.), le groupe français prévoit d’élargir encore davantage son offre au public et aux professionnels en s’appuyant sur les nombreuses possibilités qu’offre internet. Anticipant la mise en application au 1er janvier 2018 de Loi de finances 2016, La Poste a lancé une application de vente et de gestion de caisse sécurisée pour les commerçants. Aujourd’hui, près de la moitié des commerçants ne sont toujours pas équipés de caisses sécurisées et enregistrent encore leurs dépenses et leurs recettes sur un livre de caisse traditionnel. Expérimenté en Île-de-France, Genius Caisse Connectée est maintenant disponible dans toute la région francilienne et bientôt dans toute la France d’ici la fin de l’année.

Depuis l’an dernier, l’entreprise a également structuré son offre en e-commerce en réunissant une vingtaine de sites sur une seule plateforme : Laposte.fr. Le but : « avoir un site marchand avec l’ensemble des leviers e-commerce : ‘‘call to action’’, simplification du parcours d’achat, SEO, stratégie d’acquisition… », explique Sylvie Latour, la nouvelle directrice du commerce en ligne, qui prévoit d’y greffer une nouvelle e-boutique intitulée « Ma vie simplifiée » pour se concentrer sur les usages des consommateurs. Et d’ajouter: « Lorsque vous avez une vitrine, il faut la changer en permanence. Aujourd’hui, nous ne sommes pas encore en temps réel sur La Poste mais on y arrive. Si on ne crée par d’envie, il ne va rien se passer ».

Ici aussi, les transformations numériques doivent bénéficier autant à l’entreprise qu’à ses clients. « La transition numérique était indispensable pour assurer la pérennité de l’entreprise, analyse Cyril Bouquet, professeur en stratégie et innovation. L’envoi de paquets en les déposant dans sa boîte aux lettres et le coffre-fort numérique intelligent sont des services qui répondent bien aux besoins des clients pressés et qui restent cohérents avec l’histoire de La Poste. Ils s’inscrivent dans son ambition de simplifier la vie des gens. »

0