Syrie : ouverture à Paris d’une information judiciaire sur LafargeHolcim

Une information judiciaire a été ouverte ce vendredi 9 juin par le Parquet de Paris suite aux soupçons de financements accordés à l’organisation Etat islamique (EI) par la cimenterie de Jalabiya appartenant à LafargeHolcim.

Dans la tempête

Le cimentier a indiqué de son côté qu’il allait tout mettre en œuvre pour coopérer avec la justice, rapportant cependant n’avoir pas encore été contacté par le parquet.

Cette information judiciaire a été ouverte suite à un dépôt de plainte avec constitution en partie civile, notamment pour financement d’entreprise terroriste et mise en danger de la vie d’autrui, selon une source judiciaire citée par Reuters. Deux juges du pôle financier et un juge antiterroriste ont été mis en charge de cette instruction.

LafargeHolcim a un temps réfuté ces accusations qui faisaient suite aux révélations du ‘Monde’, en ouvrant d’ailleurs une enquête en interne.

L’ONG Sherpa et l’ECCHR (European Center for Constitutional and Human Rights) qui ont déposé plainte, soupçonnent Lafarge Cement Syria d’avoir conclu des accords avec l’Etat islamique en vue de l’obtention de laissez-passer et pour l’achat de matières premières.

Ces négociations auraient eu lieu afin de maintenir l’activité dans l’usine de Jalabiya, dans le nord du territoire syrien, et ce dès 2013, alors que la zone venait juste de tomber aux mains de l’organisation terroriste.

L’affaire avait mené à la démission du directeur général Eric Olsen au mois d’avril.

0