Brexit : les entreprises craignent pour l’avenir

Les économistes de la Coface se sont penchés sur le Brexit et sur les conséquences de celui-ci sur l’économie britannique, affirmant notamment que ce dernier pourrait se traduire par une baisse de 22% des investissements étrangers dans le pays.

Alors que les élections législatives anticipées approchent à grand pas outre-Manche, la Première ministre britannique, Theresa May, a réaffirmé son engagement envers un Brexit dur voulu par le Royaume-Uni face aux dirigeants européens. Des affirmations qui ont ravivé les craintes des entreprises installées sur le sol britannique.

Dans leur étude publiée mercredi 31 mai, les économistes du spécialiste de l’assurance-crédit Coface rappellent que ces craintes sont justifiées, indiquant que même si le pays conservait des avantages particuliers pour les investisseurs, un déficit d’attractivité pourrait être constaté chez les entreprises britanniques dans les prochaines années.

Une économie qui semble tenir

Les entreprises basées au Royaume-Uni font preuve d’une résistance certaine depuis les résultats du référendum du 23 juin 2016 sur la sortie du pays de l’Union européenne. Sur le dernier trimestre de l’année dernière, les profits ont ainsi atteint des sommets, culminant à 105 milliards de livres sterling (120,9 milliards d’euros). De son côté, le moral des consommateurs est toujours resté solide.

0