La grève des transporteurs de carburants se poursuit

Conséquence directe de l’important mouvement social des conducteurs de camions transportant des matières dangereuses (gaz, carburant…), des difficultés d’approvisionnement ont été constatées dans de nombreuses stations-service ce mercredi, notamment en région parisienne.

Lancée la semaine dernière par la CGT-Transports, la grève des chauffeurs de camion transportant des matériaux dangereux, tels que le gaz ou les carburants, commence à affecter plusieurs stations services en France, et notamment Ile-de-France, ou des « barrages filtrants » ont été installés à l’entrée d’une dizaine de dépôts pour informer les conducteurs de camions du mouvement en cours.

Selon le porte-parole de la fédération, Fabrice Michaud, cette information vise à faire perdurer le mouvement et continuer de mettre la pression sur les organisations patronales.

Selon la police, il y avait cette semaine des zones de filtrages au port de Gennevilliers et à Nanterre, toutefois aucun blocage n’a été constaté.

Ailleurs en France, de tels barrages filtrants étaient présents à Grand-Quevilly, près de Rouen, et Fos-sur-Mer, non loin de Marseille, selon Fabrice Michaud.

Une majorité de conducteurs franciliens en grève, selon la CGT

La CGT a indiqué que ce mouvement de grève est suivi par une large majorité de chauffeurs exerçant en Ile-de-France, tandis que leur côté, les fédérations patronales FNTR et TLF estiment que de nombreux employés continuent de travailler normalement.

Un communiqué commun de ces deux organisations rapportait en effet ce mercredi qu’une minorité de syndicalistes, dont certains n’appartenant même pas au secteur des transports, exerçaient une pression sur les conducteurs non-grévistes afin de les faire changer d’avis.

0