Le patron d’Airbus soupçonné de fraude et corruption en Autriche

Une enquête visant notamment le PDG d’Airbus Tom Enders a été ouverte par le parquet financier de Vienne, selon des informations récolté par le journal Le Monde.

L’agence Reuters affirme que le PDG d’Airbus est soupçonné d’être impliqué dans des fraudes et corruptions en liaison avec la cession de dix-huit avions de combat de type Eurofighter à l’armée autrichienne en 2003.

Ce contrat militaire avec l’Autriche avait à l’époque été conclu entre EADS d’un côté, dont la division défense était alors dirigée par l’homme d’affaires autrichien, et le gouvernement autrichien qui réunissait une coalition entre conservateurs chrétiens (ÖVP) et l’extrême droite (FPÖ).

EADS est devenu en janvier 2014 Airbus Group, le programme de l’Eurofighter Typhoon demeure le plus important du groupe, regroupant 100 000 emplois. Il est également sujet à d’autres investigations en Europe.

L’Autriche s’estime dupée

Cette enquête nouvellement ouverte découle d’une plainte déposée le 16 février dernier par le ministère autrichien de la Défense, qui s’estime trompé, reprochant au vendeur la mise en place de commissions versées à des tiers qui ont fait artificiellement gonflé la facture. Par ailleurs, ils estiment que la qualité des équipements, livrés en retard, n’est pas au rendez-vous.

L’actuel titulaire du portefeuille de la Défense, le social-démocrate (SPÖ) Hans Peter Doskozildont, a affirmé que si elle n’avait pas été dupée, l’Autriche n’aurait probablement jamais acheté ces appareils.

0