La SNCF veut étendre le low-cost en France

Dès le mois de juillet, le TGV va desservir Bordeaux et Strasbourg. Pour voir un Ouigo à Paris, il faudra patienter jusqu’à l’horizon 2019.

Le TGV se prépare donc à un avenir turquoise et rose. L’offre low-cost de la SNCF concernant le train Ouigo devrait s’étendre largement au cours des cinq prochaines années. Rachel Picard, directrice générale de Voyages SNCF, a ainsi annonce ce mercredi 22 mars que l’objectif est désormais de multiplier par cinq le trafic de Ouigo d’ici 2020. Ce qui veut dire que le nombre de passagers passerait de 5,1 millions en 2016 à quelque 25 millions en 2020, soit un quart du trafic de personnes transportées par les TGV.

De nouvelles dessertes pour Ouigo

Afin d’atteindre cet objectif, Ouigo va étendre son empreinte. De 17 destinations actuellement vers le sud et le nord de l’Hexagone, l’offre Ouigo va s’enrichir de nouvelles dessertes, à partir du 2 juillet prochain, vers les villes de Bordeaux et Strasbourg.

Les rames TGV vont fortement se teindre de turquoise et de rose, passant de 12 à 35, faisant le bonheur des passagers, car Ouigo est synonyme de petit prix. A titre de comparaison, là où, fin 2016, le prix moyen pour une destination était de 49 euros en TGV, il était de 23,60 euros en Ouigo.

Rachel Picard l’affirme, l’objectif est de faire du TGV un succès populaire. Il était temps, au vu de la différence parfois qu’il peut y avoir entre le prix d’un billet d’avion et celui pour un voyage en train entre deux villes françaises.

0