E-commerce : la répression des fraudes cible les mauvaises pratiques

La direction de la répression des fraudes a constaté des anomalies sur près d’un tiers des 10 829 sites de commerce en ligne qui ont été soumis à enquête.

Rappel à l’ordre sur le net

Ces anomalies comprennent notamment des réductions de prix artificielles, des clauses illicites dans les conditions générales ou un droit de rétractation qui n’est pas respecté.

Selon les dernières estimations, environ 36,7 millions de Français font des achats sur Internet, faisant ainsi face à de nombreux pièges, comme l’indique le bilan pour l’année 2016 de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), rendu public ce jeudi 23 février.

L’économie numérique s’est développée très rapidement et a nécessité une vigilance particulière pour assurer la protection du consommateur ainsi que des règles de la concurrence. En 2016, les agents de la DGCCRF n’ont pas fait dans la demi-mesure, inspectant pas moins de 10 829 sites de commerce électronique sur différents aspects.

Au final, l’institution a décelé 31% d’anomalies, et a dressé dix-neuf procès-verbaux à l’encontre de sites pratiquant des prix de référence illusoires, autrement dit qui affichent des réductions de prix artificielles, et ceci afin de tromper la perception du consommateur.

Certaines procédures ont même donné lieu à des versements de plus de 2 millions d’euros par les sites visés. Parmi les dix-neuf entreprises d’e-commerce épinglées, on retrouve notamment Amazon, Zalando ou H&M.

0