France : les producteurs de lait traversent une crise profonde

Un an après d’importantes manifestations, la situation des producteurs laitiers ne s’est pas améliorée : alors que ceux-ci vendaient leur litre trente-quatre centimes en 2015, aujourd’hui, il ne vaut plus que 26 centimes.

00340050

David Chauve, président de la Fédération des Producteurs de Lait du Puy-de-Dôme, explique que la crise que traverse le secteur est avant tout structurelle. En cause : la surproduction au niveau européen, ou bien la répartition toujours pas équitable des marges.

Il explique que la production à perte a déjà été utilisée par le passé par les agriculteurs afin de faire face à la crise. Mais actuellement, cette crise se prolonge, et la situation est devenue « exceptionnelle », raconte-t-il. Le prix du lait ayant chuté de 30%, les bénéfices en ont fait de même. L’agriculteur survit aujourd’hui avec les aides de l’Etat, ce qui veut dire que le problème de fond n’a pas été traité.

Cyril, 23 ans, jeune producteur installé à son compte en 2015 est déjà désabusé. Lui affirme qu’il était au courant des difficultés du secteur, mais il ne pensait pas devoir faire face à une telle baisse du prix du litre. « C’est démotivant », se désole-t-il. Heureusement que l’amour du métier survit, selon lui.

Le jeune homme affirme se verser un salaire de 700 euros, qui sont utilisés en grande partie pour rembourser ses emprunts de l’exploitation. Au final, il ne lui reste plus grand-chose.

Lactalis casse les prix

Un nouveau mouvement de protestation devrait être entamé à Laval, ce lundi, devant le siège du géant du secteur Lactalis. Un groupe de renommée internationale, véritable bouc émissaire accusé d’avoir cassé le marché en achetant le lait à des prix dérisoires.

Les organisations syndicales affirment que Lactalis achète les 1 000 litres de lait 256 euros, soit dix à trente euros de moins que les principaux concurrents, ce qui devrait pousser ces derniers à faire de même dans un futur proche.

0