Le fisc réclame 356 millions d’euros au site Booking.com

Selon des déclarations faites par Priceline Group dans un document déposé auprès de la SEC, l’autorité en charge de la Bourse américaine, l’administration fiscale hexagonale réclamerait près de 356 millions d’euros d’impôts pour les activités du site de réservation en ligne Booking.com en France.

HEADER19

Cette information a été confirmée par la filiale du site présente dans l’Hexagone, qui réfute toutefois la thèse qui laisserait croire que l’entreprise s’est adonnée à de la fraude ou de l’évasion fiscale.

Concernant la coquette somme réclamée par le fisc français, Booking.com considère qu’elle a déjà été acquittée aux Pays-Bas, au titre des impôts versés à l’administration du pays dans lequel son siège européen se trouve, et où, au passage, l’imposition sur les sociétés est moins importante qu’en France, avec 25% contre 33% des bénéfices.

Afin d’en arriver à une telle réclamation, le fisc français a réalisé un audit durant une période comprise entre 2003 et 2012, et estime surtout que le site de réservation en ligne dispose d’une antenne parfaitement ancrée fans l’Hexagone, et considère donc cela comme une implantation de société, stricto sensus.

650 salariés en France

Et c’est un conflit qui dure. Booking.com a de son côté déjà fait savoir que les demandes de réservations exécutées dans l’Hexagone étaient récoltées par ses 3 000 salariés établis aux Pays-Bas, et qu’en France, le site de réservation en ligne n’emploie que 650 salariés, à Tourcoing, en charge du service client, qui ont la responsabilité de gérer des incidents qui ont lieu après la réservation.

0