Les dentelles Desseilles passent sous pavillon chinois

L’un des plus anciens fabricants de dentelle de Calais, les dentelles Desseilles, devraient prochainement passer sous pavillon chinois.

un-employe-verifie-un-echantillon-le-24-avril-2009-au-musee-de-la-dentelle-a-calais_5574471

Le tribunal de commerce de Boulogne-sur-mer (Pas-de-Calais) a favorisé l’offre de l’entreprise chinoise Yongsheng sur trois autres projets, en raison des propositions industrielles qui ont été émises. L’entreprise calaisienne était en liquidation judiciaire depuis le 3 mars. Les dentelles Desseilles, qui fournissent notamment La Perla, devraient logiquement continuer son activité, une aubaine pour cette région où le chômage sévit, avec un taux moyen de l’ordre de 12,5% de la population.

Le repreneur chinois, spécialisé dans la fabrication de fibres en polyester, s’est engagé à garder 60 postes sur 74 durant une période d’au mois trois ans. Par ailleurs, 4 millions d’euros devraient être injectés sur deux ans.

Selon le tribunal de commerce de Boulogne-sur-Mer, l’offre chinoise a été favorisée en dépit d’une seconde offre améliorée faite par Holesco, qui possède une autre maison de dentelle, Sophie Hallette (Caudry, Nord), qui souhaitait conserver 51 emplois.

La troisième et ultime offre émanait d’un autre fabricant de dentelle, Solstiss-Bracq, qui ne pouvait quant à lui maintenir que 20 postes.

Valoriser le savoir-faire français en Chine

Yongsheng a assuré vouloir valoriser le savoir-faire français dans la dentelle, en communicant sur les produits d’habillement directement en Chine, même si 70% de la production des dentelles Desseilles part déjà à l’export.

Le groupe chinois Yongsheng a également de grande d’obtenir l’aval du tribunal concernant la reprise d’un autre dentelier, Codentel, également en difficulté.

0