Amazon se lance dans le fret aérien, comptant bien se passer d’UPS et FedEx à terme

Le géant américain de l’e-commerce Amazon se lance dans le fret aérien. La société de location d’avions ATSG a annoncé ce mercredi 9 mars avoir conclu un accord avec l’enseigne de Seattle portant sur la fourniture de 20 Boeing 767 cargo durant cinq à sept ans.

Maîtrise du process de bout en bout

Ce n’est pas tout, Amazon a également décroché une option en vue de devenir un actionnaire important du loueur, avec potentiellement 19 ,9% du capital à la clé si son droit est levé dans les cinq prochaines années.

Cette décision d’Amazon fait partie de la stratégie entrevue ces derniers temps, qui vise à rendre son activité moins dépendante des deux mastodontes de la messagerie et de la logistique UPS et FedEx.

Amazon ne cesse de faire évoluer son modèle et propose désormais de plus en plus de livraison le jour même dans de grandes villes américaines.

Ainsi, Amazon a depuis peu une flotte de camions, avions et drones pour la livraison, et sa filiale chinoise a récemment annoncé son ambition d’assurer le transport maritime vers le pays de l’Oncle Sam. Cette dernière a déposé une demande auprès des autorités fédérales américaines, qui lui ont accordé une licence. La stratégie d’Amazon est claire : maîtriser son activité de bout en bout.

Cette ultime initiative d’Amazon, qui contrôle par ailleurs le groupe français Colis Privé, rival de La Poste, va sérieusement bousculer FedEx, et surtout UPS, dont Amazon est encore l’un des principaux clients. Les messagers historiques américains risquent de voir leurs volumes de livraison particulièrement affectés.

0