Thalys : l’accès et la descente des trains sous haute surveillance

Les accès aux trains Thalys se feront prochainement via des portiques de sécurité à Lille et à Paris, a annoncé mardi Ségolène Royal.

Portiques de sécurité et fouilles au corps

La ministre de l’Ecologie, en charge également des transports, a affirmé que des portiques de sécurité seront installés « avant le 20 décembre » dans les gares de Lille et Paris ayant un accès aux trains Thalys, qui relient la Belgique, la France et les Pays-Bas, tout en affirmant que l’installation de dispositifs similaires serait également à l’étude à Bruxelles, à Amsterdam et à Cologne.

Une décision prise suite aux attaques terroristes qui ont touché Paris le vendredi 13 novembre, faisant 130 morts. Le Thalys avait quant à lui été victime d’une attaque déjouée par des passagers fin août. Ce genre de dispositif est par ailleurs déjà présent dans l’Eurostar qui relie Paris à Londres.

Ségolène Royal a précisé que cette mesure visait au renforcement de la sécurité dans des gares où stationnent des trains « à dimension internationale », et que le gouvernement réfléchissait aussi à la mise en place d’un système de billets nominatifs afin de normaliser ainsi les transports aériens et ferroviaires à l’international.

Des « barrages filtrants » seront également mis en œuvre dans les gares, supportés par les moyens à disposition au sein de la SNCF. Ces barrages auront vocation à être l’ultime filet sécuritaire, puisqu’une fouille des individus, ainsi que de leur bagage, sera effectuée.

A terme, les autorités souhaitent faire des quais un lieu uniquement accessible aux voyageurs. Afin d’atteindre ce but, la ministre a rappelé qu’il fallait « être pragmatique », indiquant par ailleurs que les mesures allaient être mises en action à vitesse grand V.

0