Liberia : touché par la chute des prix du fer, ArcelorMittal, prévoit 450 suppressions de postes

ArcelorMittal a annoncé la future suppression de 450 postes au Liberia en raison d’une compensation des pertes liées à chute mondiale des prix du minerai de fer, a indiqué jeudi une porte-parole du groupe sidérurgique.

Une rencontre a été organisée entre la direction locale du groupe et les représentants syndicaux afin de discuter de ces licenciements prévus d’ici la fin de l’année, a précisé la porte-parole Hesta Baker Pearson, indiquant qu’ArcelorMittal avait pris cette décision en raison de la baisse constante des prix du minerai de fer sur le marché global.

Le ministre libérien des Finances, Amara Konneh, a de son côté déclaré que le groupe sidérurgique faisait bien face à un période difficile, et n’avait donc comme option que ce choix d’alléger sa masse salariale.

De l’acier en abondance

Le groupe ArcelorMittal est en effet victime des conséquences de la chute de la demande venant de Chine, qui soutient la dégringolade des cours du minerai de fer, alors que les infrastructures surcapacitaires font abonder sur le marché mondial de l’acier à des prix moins élevés.

Les pertes nettes enregistrées au troisième trimestre sont de 711 millions de dollars contre un bénéfice de 22 millions de dollars à la même période l’année précédente et sur les neuf premiers mois de 2015, le déficit global atteignait déjà 1,26 milliard de dollars, dix fois plus que sur la même période en 2014.

Les projets d’expansion des mines de minerai de fer du groupe avaient été interrompus en août en raison de l’épidémie d’Ebola qui a touché le Liberia. La direction avait alors assuré qu’elle espérait reprendre les travaux au plus vite afin de tripler la production à 15 millions de tonnes d’ici la fin de l’année.

0