Renault Trucks : Volvo pourrait supprimer 200 postes supplémentaires

Les syndicats de Renault Trucks (groupe Volvo) craignent que 200 postes supplémentaires soient supprimés sur le site de Lyon, indique un communiqué diffusé en début de semaine. La raison : l’externalisation imminente du service informatique.

Selon le syndicat majoritaire CFE-CGC, l’identité du repreneur devrait être connue dans la semaine à l’issue du nouveau comité central d’entreprise.

Environ 200 postes devraient ainsi être supprimés, précisent le syndicat, qui entend faire entendre sa voix lors d’une réunion qui devrait avoir lieu ce mardi.

Le service informatique est assuré par Volvo, et emploie actuellement 516 personnes, un tiers de ces derniers seraient la cible de cette externalisation sans connaître les conditions de reprises. Si IBM et HCL sont pour l’instant pressentis, la direction n’a laissé filtrer aucune information quant à la problématique de l’emploi.

Cette dernière, contactée par l’AFP, laisse planer le doute. Un porte-parole confirmant la tenue du CEE a affirmé ne pas connaître clairement l’ordre du jour apposé à la réunion.

Le mois dernier, la direction et les syndicats majoritaires avaient réussi à défricher un terrain d’entente, limitant à 25 le nombre de suppressions de postes (licenciements secs) dans le cadre d’un plan social, mais sans prendre en compte cette externalisation de service.

Par ailleurs, les négociations avaient permis le maintien de 32 gestionnaires de projets et commerciaux, en diminuant le nombre de suppressions à 480 environ (départs volontaires inclus), au lieu de 512.

Dernier bastion français de la construction de poids lourds

FO indique que depuis 2012, près de 2 000 postes sont passés à la trappe dans la région, soit 20% de l’effectif en France. Le syndicat regrette que Volvo continue progressivement le démantèlement du dernier bastion français de la fabrication de poids lourds.

0